dimanche 13 août 2017

ARTICLE SHAMPOING

   Bien le bonjour, tout le monde !

   Aujourd'hui, deux en un, article shampoing ! Et pas sur n'importe quel sujet, non, non.

   Pour être honnête, depuis quelques temps maintenant, je ne lis plus tant de mangas ni ne regarde tant d'animés. Mais j'ai découvert deux titres absolument exceptionnels que je tenais à vous partager. Ce sont tous deux de gros, mais alors gros coups de cœur. Alors, vite, plongeons-nous dans les univers incroyables de To Your Eternity  et The Promised Neverland.

   Je vais commencer par celui que je connais depuis le plus longtemps, à savoir The Promised Neverland. Je l'ai découvert il y a plusieurs mois et le dévore depuis. A chaque nouveau chapitre, je trépigne d'impatience. L'histoire, mais quelle histoire… !



   Que raconte donc ce manga, produit par Kaiu Shirai et Posuka Demizu ? On se trouve dans un petit orphelinat tenue par une femme que les enfants appellent "Mama". Mama est une personne absolument adorable qui aime profondément chacun d'entre eux. Néanmoins, aucun enfant n'est autorisé à s'aventurer en dehors de la forêt qui entoure l'établissement. Emma et ses amis sont toutefois très heureux. Mais, un jour, elle et Norman découvrent l'horrible vérité qui se cache derrière leur orphelinat… 

   Je vais me répéter, mais quelle histoire ! Quel univers ! Quels personnages ! Tout est excellent dans ce manga. Les dessins, le rythme de l'histoire, l'intelligence du scénario, la fresque des protagonistes, l'utilisation du suspens à point nommé…! Quand je l'ai découvert, je me suis enfilée les chapitres sans pouvoir m'arrêter tant c'était passionnant. 

 
   Par contre, je préfère vous prévenir tout de suite : nous ne sommes pas dans un univers fleuri, loin de là. C'est un monde cruel où les enfants doivent apprendre à vivre (ou plutôt à survivre). Créatures tout droit sorties des enfers, pièges et coups tordus sont de mise dans cette histoire haletante où l'être humain est, une fois de plus, descendu de son piédestal de créature dominante.   


   L'histoire tourne autour donc des enfants de l'orphelinat, mais principalement entre Norman, Ray et Emma. Tous trois sont les plus âgés, mais aussi les plus intelligents et débrouillards. Face aux terribles révélations, ces amis unis par des liens magnifiques vont devoir faire preuve d'une ruse formidable. 

   Allez, je ne vous en dis pas plus car je ne voudrais révéler aucun élément de l'intrigue (et bon sang, c'est dur de se contenir !). Passons plutôt à l'œuvre suivante, un autre petit bijou que je n'ai découvert que très récemment et qui mérite vraiment d'être poussé sur le devant de la scène : To Your Eternity, né des mains de Yoshitoki Oima


   Nous suivons les aventures de Imm, une créature jetée sur le monde dans un mystérieux dessein. Au départ, Imm n'est qu'une pierre, puis il devient mousse… jusqu'à prendre l'apparence d'un homme. Immortel, il erre sans but et rencontre diverses personnes sur son chemin qui vont l'aider à devenir un être humain. Mais peut-on devenir une véritable personne quand on ne peut pas mourir ? Et qui est donc cet homme en noir ? Quel est donc le rôle d'Imm dans sa sombre machination ? 

   Ce manga est… un bijou d'émotions. Les dessins sont splendides, l'histoire est touchante au possible. On s'attache très vite à Imm et aux différents personnages qui jalonnent son parcours. Tous transportent leur lourd passé, mais n'hésitent pas à venir en aide à cet étrange immortel qui peut prendre l'apparence des morts passées…

   C'est difficile de résumer ce manga car on nage toujours en plein mystère. Les informations sont vraiment données au compte goutte... Mais ce n'est pas grave, car les différentes aventures vécues par Imm sont… géniales ! De plus, l'évolution du jeune immortel est vraiment extraordinaire, ce qui nous donne envie de savoir jusqu'où nous transportera cette terrible histoire.


   Voilà deux univers qui ont leur lot de sombres éléments. Mais les deux histoires sont tellement passionnantes qu'il est difficile de les lâcher. Je ne regarde plus d'animés et je ne lis quasiment plus de mangas en dehors de ces deux-à et de My Hero Academia, mais ce sont trois titres que je ne suis pas prête à lâcher de sitôt.

   Pour le moment, ce sera tout pour cet article, j'espère qu'il vous a plu. En attendant de vous retrouver, merci de m'avoir écouté jusqu'au bout ! N'hésitez pas à commenter et à partager. Venez me rendre une petite visite sur les réseaux sociaux où je poste de nombreuses choses en dehors de mes articles.

   A très bientôt !


  
   marine.lafontaine@gmail.com

dimanche 6 août 2017

AMERICAN GODS

   Bien le bonjour, tout le monde. 

   Aujourd'hui, on s'aventure du côté d'une œuvre écrite par un auteur qui possède une plume et une carrière incroyables ! Je vous présente Neil Gaiman, auteur de romans, nouvelles, comics, romans graphiques, scénarios, albums pour enfants et j'en passe !


   Mais aujourd'hui, je ne vais pas m'étendre plus longtemps sur l'homme en question (qui mériterait pourtant qu'on lui consacre un très, très long article…), mais sur un de ces romans à succès, récemment adapté en série : American Gods


   Si je devais résumer en une phrase, j'oserais qualifier ce roman de Percy Jackson pour les adultes. Mais Neil Gaiman ne nous entraîne pas dans les profondeurs des différentes mythologies qui peuplent notre monde, il nous en donne… les restes, à vrai dire. Car les dieux (nordiques, hindous, égyptiens…) qui étaient autrefois si puissants sont en déclin et il ne reste quasiment rien des cultes d'autrefois. 

   Voilà ce qu'on explore avec ce roman. 

   Publié en 2001, ce livre se situe principalement du point de vue d'Ombre, malgré les interludes qui jalonnent les chapitres (et que je vous laisse le plaisir de découvrir car tous sont plus intéressants les uns que les autres). Ombre est un ancien détenu qui découvre, à sa sortie de prison, que sa femme et son meilleur ami sont morts dans un accident de voiture. Alors qu'il se rend à l'enterrement, Ombre est abordé par un borgne mystérieux répondant au nom de Voyageur. Ce dernier propose de l'engager en tant que garçon de courses. Pour nos deux compagnons, c'est le début de l'orage… 


   Que dire de ce roman…? Il provoque tout sorte de sentiments. De l'admiration, du frisson, du dégoût, de l'horreur et de l'émerveillement… Tant de choses me sont passées par la tête. J'étais toute étourdie quand j'ai lu la dernière page.

   Les personnages sont nombreux, mais ils sont loin d'être tous attachants. Pour être honnêtes, certains sont même franchement détestables. Mais tous parviennent à nous capturer à un moment donné. Les anciens dieux, qui tombent en décrépitude, font tout pour survivre dans un monde qui les portaient autrefois en triomphe : certains se prostituent, d'autres conduisent des taxis… Vous n'êtes pas au bout de vos surprises !


   Dans ce monde, il existe aussi de nouveaux dieux : ceux de la télévision, d'internet, des transports… C'est fascinant de les découvrir, les rencontrer. Ils essaient d'avoir le dessus sur les anciens, que tente de rassembler Voyageur, le fameux borgne qui emploie notre ami Ombre.

   Parlons un peu d'Ombre, d'ailleurs ! Quel drôle de bonhomme que celui-ci. Il accepte avec une facilité déconcertante l'existence des dieux et se retrouve au cœur d'une tempête sans rien pouvoir y faire. Le narrateur ne nous laisse quasiment pas accéder à ses pensées, ce qui drape le personnage d'un aspect assez énigmatique. 


   Pour conclure, que dire ? Une écriture vive, chargée d'injures et de langage familier pour notre plus grand plaisir. Ce roman était très agréable à lire et j'ai beaucoup aimé suivre Ombre à travers ses aventures. Un petit bémol pour la fin (et je n'évoque pas l'épilogue ici) qui promet beaucoup de choses pour finalement ne pas les apporter. Je sais bien que cela est voulu, que c'est un choix scénaristique, mais ça m'a un peu laissé sur ma faim.

   Maintenant, je n'ai plus qu'à découvrir la série !

   Pour le moment, ce sera tout pour cet article, j'espère qu'il vous a plu. En attendant de vous retrouver, merci de m'avoir écouté jusqu'au bout ! N'hésitez pas à commenter et à partager. Venez me rendre une petite visite sur les réseaux sociaux où je poste de nombreuses choses en dehors de mes articles.

   A très bientôt !

  
   marine.lafontaine@gmail.com
 
   PS :  maintenant, j'ai aussi un compte Instagram ! N'hésitez pas à venir y faire un tour !
     

mardi 11 juillet 2017

NATSUME YUUJINCHO

   Bien le bonjour, tout le monde !

   Aujourd'hui, j'avais envie de vous parler d'un joli animé, riche en couleurs, en émotions et en messages. Quoi de approprié pour cela que d'évoquer Natsume et le Livre des Amis  (Natsume Yuujincho en langue originale), ce petit bijou qui compte à son effectif six saisons ? 


   L'histoire de Natsume débute en 2005 où le manga est publié dans le magazine Lala. A ce jour, l'auteur Yuki Mirodikawa a écrit 21 tomes et son œuvre est toujours en cours de parution. L'animé, quant à lui, a démarré en 2008

   Je n'ai pas lu le manga du moins du monde, mais j'ai pris du plaisir à regarder les six saisons petit à petit. Un épisode par-ci, deux épisodes par-là. Cette histoire ne s'avale pas à toute vitesse, elle se déguste vraiment à petites gorgées. 

   Mais quelle est donc cette fameuse histoire ? On suit Takashi Natsume, un lycéen qui peut voir les yokais (esprits) depuis qu'il est tout petit. Un jour, il découvre un mystérieux ouvrage appelé le Livre des Amis qui appartenait à sa grand-mère. A partir de cet instant, les êtres surnaturels le traquent sans relâche pour obtenir ce livre qui permettrait à quiconque d'assouvir les yokais dont les noms sont inscrits à l'intérieur… 


   Il n'y a pas longtemps, je me demandais : "Mais comment cet animé a-t-il pu obtenir six saisons alors que d'autres séries, tout aussi bonnes voire meilleurs, n'atteignent pas ce chiffre ?". Hé bien, je pense que cet animé est simple, bon, tendre, coloré et fort. Les personnages sont très attachants et chaque histoire apporte son lot d'émotions. Les graphismes n'ont eu de cesse de s'améliorer et la saison 6 est vraiment très belle avec un générique jalonné de peintures dans le style aquarelle. 


   Les mangas et animés qui portent sur les yokais ne sont pas rares dans l'univers culturel japonnais. Pourtant, Natsume Yuujincho a su s'imposer comme un pionnier du genre, notamment grâce à sa longue galerie de personnages. En effet, les épisodes rapportent généralement des histoires courtes, ce qui nous amène à rencontrer énormément d'esprits (mais aussi des êtres humains ou des exorcistes…). Chacun a été travaillé avec soin et tous ont dans leurs bagages une histoire touchante que nous découvrons toujours avec plaisir. 

   Peut-être certains trouveront cela répétitif ou pauvre en intérêt, pourtant il y a de belles leçons a tirer de cet animé et les émotions qu'il véhicule sont comme un baume au cœur.

   Si j'avais un reproche à formuler, ce serait peut-être la lenteur avec laquelle avance la trame principale. Ah oui, ne vous attendez pas à du suspens insoutenable ou une action qui va à folle allure. Bien que certains épisodes sortent du lot, Natsume avance vraiment à petites pas dans l'univers des yokais et apprend vraiment au compte goutte des informations à propos de sa grand-mère, celle qui a rédigé le Livre des Amis. Pourquoi a-t-elle fait cela, d'ailleurs ? Au bout de six saisons, la raison demeure un mystère…


   Donc, pour résumer, voici un animé que je conseille à tous sans la moindre restriction. Cet animé vous fera découvrir l'immense univers des yokais, tout en douceur et en émotion. Un beau voyage aux côtés de Natsume qu'on prend plaisir à voir grandir à mesure de ses rencontres et de ses épreuves.  Et, sincèrement, si une autre saisi-on sort l'an prochain ? Hé bien, je la regarderai avec toujours autant de plaisir.

   Pour le moment, ce sera tout pour cet article, j'espère qu'il vous a plu. En attendant de vous retrouver, merci de m'avoir écouté jusqu'au bout ! N'hésitez pas à commenter et à partager. Venez me rendre une petite visite sur les réseaux sociaux où je poste de nombreuses choses en dehors de mes articles. A très bientôt !


  
    marine.lafontaine@gmail.com

    Marine Lafontaine