Je suis...

19/04/17
ALORS, LA FAC ?


Bien le bonjour, tout le monde !

Ça y est, j'achève enfin ma licence. Après deux ans de prépa et un an de fac. Et, tout comme je vous avais parlé de mon expérience de CPGE dans mon article La prépa, c'est quoi ?, j'avais envie de partager avec vous mon expérience en tant qu'étudiante de fac. 


Alors, ce qu'il faut savoir, c'est que le concours de l'ENS (que sont en train de passer tous les khâgnes de France, une belle pensée à eux), est vraiment très, très complexe. C'est pourquoi il est impératif de prévoir un plan B, parce que le plan A est difficilement atteignable… 

Personnellement, mes résultats étaient, heu… mauvais. Alors je suis arrivée à la fac avec une foule d'autres camarades, issus d'autres classes préparatoires. Autant dire que le passage d'un univers à un autre a été plutôt rude, surtout quand les profs ne daignent rien vous expliquer sous prétexte que vous êtes en troisième année de licence et que vous devriez donc connaître le fonctionnement… 



Donc, me voilà en troisième année de licence. Comme ma mère habitait tout près de Lille 3, je me suis inscrite là-bas afin de poursuivre mes études. J'y ai retrouvée quelques amis de lycée qui m'ont accompagnée dans mon insertion. Et, heureusement pour moi, d'autres élèves (qui sont rapidement devenus des amis) de ma promotion m'ont filé un coup de main pour que j'arrive à déchiffrer ce casse-tête géant que représente l'administration de la fac. Parce que, bon, après deux ans où j'étais entièrement prise en charge, voilà que j'étais confrontée à l'ENT, les emplois du temps, les problèmes des papiers… 

Car cela diffère d'une fac à une autre, mais, à Lille 3, quand vous vous retrouvez en licence, vous vous débrouillez pour votre emploi du temps. En fait, on a dix matières (les UE) et, dans lesdites matières, des cours qu'il faut choisir. Et si ça se chevauche ? Hé bien, vous vous inscrivez à un autre cours ! Une galère… 

Donc, voilà, une fois que vous avez réussi à créer votre emploi du temps, vient le temps des repérages. Parce que, bon, Lille 3 n'est quand même pas immense, mais quand on est habitué au confort de la prépa où l'on a très peu de salles de classe, cela fait quand même une sacré différence. Alors, il faut essayer de repérer des élèves qui sont inscrits aux mêmes cours que vous afin de les suivre jusqu'à être apte à se débrouiller seul. Et parfois, on se perd tous en groupe ! Une fois, on s'est même égarés avec notre professeur, pour tout vous avouer… La grande aventure !



Heureusement, la fac n'a pas des aspects négatifs, loin de là ! Un emploi du temps allégé, la possibilité de se prendre entièrement en main, nouvelles rencontres… Et ce que j'adore avec Lille 3, c'est ce grand mélange d'âges et d'horizons. Les élèves ont… n'importe quel âge ! Une de mes meilleures amies de fac a la cinquantaine, par exemple. Ce n'est pas rare, dans les couloirs, de croiser des personnes de 20, 30, 40, 60 ans ! 

Après, comme partout, certains cours m'ont intéressée, d'autres non. De plus, fini l'histoire, la géographie et la philosophie. Mes cours sont devenus uniquement littéraires !  Ce qui est super car j'approfondis des connaissances sur certains sujets (La Fontaine, Scudéry…), mais aussi un peu triste (la philosophie m'a pas mal manqué).

Mais je dois aussi avouer que passer de ma classe d'anglais en prépa où j'avais un prof d'une exigence monstrueuse à la classe en fac où l'on ne fait que de la traduction… Ça m'a fait bizarre. Je crois que je n'ai jamais eu d'aussi bonnes notes dans cette matière ! Les exigences ne sont plus les mêmes et passer de contrôles de six heures à des partiels en deux heures a été un vrai challenge à relever. 



Alors, voilà, si vous étiez en prépa et que vous retournez en fac, pas de soucis. Il est vrai que le pont entre les deux a été compliqué pour moi, surtout que je n'avais plus le groupe de travail que j'affectionnais tant l'an passé. Mais la fac est aussi une belle expérience, non seulement scolaire, mais aussi de la vie car on a vraiment besoin d'être autonome. Personne là-bas ne préviendra vos parents si vous n'êtes pas à un cours ou si vous ne rendez pas vos devoirs dans les temps. A vous de gérer. 

Et si certains étudiants sont assez méprisants envers les prépas (et inversement), ce n'est heureusement pas le cas de tout le monde. Si je n'ai pas eu de coups de coeur pour des professeurs comme j'ai pu en avoir en prépa, j'ai eu de supers coups de foudre d'amitié à la fac. Ce n'est pas la même amitié qu'en prépa ou ailleurs, mais elle est tout aussi chouette. 

Pour conclure, je dirais aux prépas qui iraient là-bas de ne pas avoir honte. Certains étudiants vous diront peut-être "si tu es là, c'est parce que tu n'as pas eu ton concours", et alors ? Laissez-les parler. Ils feraient certainement moins les malins si on les mettez devant une table pendant six heures pour "délimiter l'être humain". De votre côté, soyez juste… naturels ! Et vous verrez que tout se passera bien. Vous n'êtes pas ici parce que vous avez échoué, mais parce que vous avez décidé de vivre autre chose. Voilà tout.
 
 


15/03/17
LITTERATURE, CULTURE, QU'EST-CE ? 

   Bien le bonjour, tout le monde !

   Depuis trois ans maintenant, je suis étudiante en Lettres. Cela veut dire que je vais en cours afin d'apprendre à connaître d'avantage sur cette fabuleuse galaxie qu'est celle de la Littérature avec un très grand L. 



   Plus j'avance dans mes études, plus j'en viens à me poser des questions sur ce qu'est véritablement la littérature, voire la culture, en réalité. Enormément de mes professeurs (pas tous, fort heureusement) ont une vision très élitiste de la culture. C'est-à-dire qu'ils considèrent les genre autres que l'art (entendons par là les beaux-arts), le théâtre, l'opéra, la littérature, la musique classique et le cinéma (et encore, pour le septième art, c'est complexe) comme de la sous-culture.

   Ce genre de jugements m'horripile. Tout comme les professeurs qui refusent qu'on cite certains auteurs dans nos copies car ils ne font pas partie des canons littéraires ou ceux qui méprisent d'autres auteurs qu'ils jugent eux-même médiocres ou mineurs. 



   C'est pourquoi j'aimerais voir avec vous aujourd'hui un peu ce qu'est la littérature et, par extension, ce qu'est la culture. Pour être honnête avec vous, je vais beaucoup m'appuyer sur un cours que j'ai reçu quand j'étais en prépa (cours dispensé par un des meilleurs professeurs que j'ai pu avoir au cours de ma scolarité) et qui porte sur les propriétés et valeurs de la littérature. 

   Bref, commençons !

   Pour étudier un sujet, la première chose à faire est de revenir à son étymologie.  Ce terme est issu du mot latin litteratura qui regroupe sous sa bannière l'écriture, la grammaire, la philosophie et l'érudition.

   Dans le TLF (Trésor de la Langue Française, un dictionnaire en ligne très complet), plusieurs définitions nous sont données : "connaissance des lettres", "usage esthétique du langage écrit", "ensemble des productions intellectuelles qui s'écrivent, qui s'écoutent"…



  Mais, dans le Larousse, on trouve une autre définition : "Ensemble des œuvres écrites auxquelles on  reconnaît une finalité esthétique".  C'est déjà une conception qu'on le plus tendance à entendre quand on parle de "littérature". Pourtant, comment définir quel texte aurait une finalité esthétique ? Et, la littérature, c'est vraiment cela ?

   La littérature, ce n'est quand même pas que des belles phrases, quand même ? Sinon, des slogans publicitaires peuvent devenir entrer dans ce champ-là, aussi. Et puis, que fait-on de la dimension fictionnelle à ce moment-là ? Seulement, tous les poèmes ne racontent pas quelque chose, et la même remarque peut être soulevée pour les romans (on pensera notamment aux œuvres qui appartiennent au genre du nouveau roman où l'on trouvera Sarraute ou Robbe-Grillet où la fiction est effacée au profit du jeu sur l'écriture). 

   Voilà que je m'égare déjà… Voyons voir, essayons d'être méthodique. Qu'est-ce qu'on a tendance à inclure dans la littérature ? Les romans, la poésie et le théâtre, je pense. Parfois sont inclus certains essais philosophiques (par exemple, Crainte et Tremblement de Kierkegaard peut poser des problèmes de classifications car l'ouvrage comporte de très nombreuses petites histoires qui illustrent les propos tenus par l'auteur).

    Seulement, si nous incluions l'ensemble des productions romanesques, poétiques et théâtrales dans la malle Littérature, cet article n'aurait pas lieu d'être. Car vient en fait le problème de la valeur. Il est dit de certains auteurs (Balzac, Proust, Pirandello, Stendhal, Musset, Hugo, Bernardin de Saint Pierre, Gautier, Valéry, par exemple, pour ne citer qu'eux) qu'ils ont produit des oeuvres dignes des canons littéraires alors que d'autres non. Pourtant, cela n'a pas toujours été le cas.
   Si vous aviez dit aux contemporains de Balzac ou de Stendhal qu'ils feraient un jour partie des écrivains les plus respectés du patrimoine littéraire français, ils vous auraient certainement ri au nez. A leur propre époque, ils n'étaient pas considérés comme des “Grands". Proust, lui, a été refusé à Gallimard par Gide. Qui nous dit pas que, dans quelques années, un de nos auteurs contemporains ne deviendra pas le nouveau Zola, par exemple ?

   Mais alors, comment sont-ils passés d'un statut à un autre ? En réalité, c'est grâce à plusieurs procédés qui se sont coordonnés à un moment ou à un autre. Mais le premier est l'autoritas. Je vous donne un exemple !

   Si jamais, moi, personnellement, je redécouvre un auteur du XVIIème que je trouve absolument exceptionnel, ce n'est pas pour autant qu'il va entrer dans le panthéon de la littérature. Mais si un critique reconnu, ou un universitaire, ou un spécialiste ou encore je ne sais quelle figure qui possède une certaine aura dans le monde du livre, là, c'est une autre histoire.



   En somme, nous pouvons le dire, ce choix est totalement arbitraire. Et impossible d'établir alors une charte de charges qui permettrait de classer les oeuvres car le principe même du roman est d'être une sorte de protée, c'est-à-dire un genre de monstres qui ne répond à aucune règle. De plus, chaque génération dans notre histoire littéraire s'est construite en opposition avec la précédente. A partir de là, il est difficile de déterminer les qualités propres à une "bonne" oeuvre.

   La fiction ? Alors on élimine Sarraute, tous les auteurs du Nouveau Roman, un grand pan de la poésie et même En attendant Godot de Beckett ou La cantatrice chauve de Ionesco.


   Le style ? Camus et Stendhal ont une écriture très sèche, alors que Proust utilise des hyperhypotaxes à foison. De plus, même le plus médiocre des écrivains aura son propre style, alors pourquoi refuse-t-on toujours qu'on cite Cohelo dans les copies alors qu'il écrit très bien ?

   Le message ? Dans des romans comme L'Education sentimentale de Flaubert ou A rebours de Huysmans, si réflexion et message il y a, il est bien caché. Ce n'est clairement pas le but premier des auteurs pour leurs ouvrages susdits. C'est avant toute chose un jeu sur la langue et un plaisir des mots qui fondent.

   Bref, comme vous le voyez, c'est un sac de noeuds inextricables, surtout que les oeuvres citées ont des qualités qu'on retrouve dans bien des ouvrages que l'autoritas rejette fermement.



   Je me faisais la réflexion il y a quelques jours, mais… Quand on est en primaire ou au collège, nos professeurs ont tout fait pour nous ouvrir l'esprit, nous offrir un large champ de curiosités. Au collège, j'étudiais sans faire de différence Hugo, Cortazar, Lowry et Lehmann ! Mais une fois que le puits a été mis en place, les professeurs du lycée ne nous ont encouragé à ne creuser que dans un secteur bien particulier : la Littérature. Et rare ont été ceux qui nous ont poussé à prendre nos pelles nous-même pour aller voir ce qui se cachait ailleurs.

   Et c'est bien dommage. Parce que la culture, ce n'est pas juste ce qu'on nous enseigne à l'école. On peut avoir une culture en tout : cinéma, moto, forêt, vin, manga, cartoon, dessin, électricité, musique, comics, chimie, mathématiques, tapisserie, randonnée, nourriture… ! Et dénigrer la moindre de ces cultures (en la qualifiant de sous-culture, par exemple) ou la moindre personne en lien avec cette culture ("ce n'est qu'un dessinateur de BD, jamais il ne parviendra à toucher mon âme autant que Proust !") est juste une preuve d'intolérance et de fermeture.

   Après, je ne dis pas, on peut n'être touché que par Proust. Mais il existe tellement plus ! Pourquoi se limiter ? Et pourquoi dénigrer ? On peut prendre autant de plaisir à lire du classique que du fantasy, à regarder un film qu'à voir un opéra ou à jouer à un jeu vidéo ! Et l'enrichissement est possible ici aussi.



   Alors, pour finir, la littérature, qu'est-ce que c'est ? Hé bien, c'est tout et rien à la fois. J'aime considérer l'ensemble de toutes les productions écrites comme de la littérature. Après, on est en droit d'aimer ou non les oeuvres qu'on trouve dans ce tiroir. Et il en est de même avec la culture.

   Qu'en tirer donc de tout cela ? Il faut cesser de se limiter et de dénigrer. Il ne faut pas avoir honte de ce qu'on aime, également. Même si nos professeurs disent que certains auteurs sont médiocres, cela ne signifie pas pour autant qu'ils le sont.

   Aujourd'hui, j'ai 21 ans, alors voici le message que je vous adresse pour ce moment particulier : qu'importe ce que vous aimez, vous êtes riches de cette culture. Alors soyez-en fier, quoiqu'il arrive. Ayant reçu une éducation assez classique, j'ai longtemps essayé de cacher mon goût pour la culture manga ou même pour l'animation en règle général. Mais j'ai cessé d'avoir honte. Alors, pourquoi pas vous aussi ?


20/10/16
CES ARTISTES DE LA TOILE  

Bien le bonjour, tout le monde !

   Aujourd'hui, un article sur un sujet que je n'avais jamais abordé sur ce blog. J'ai eu cette idée en contemplant ma bannière (oui, ça m'arrive assez souvent…). Je me suis fait alors la réflexion que beaucoup d'artistes, telle Marcia, je les avais connus grâce à Internet. Et c'est donc de cela que j'aimerais vous parler aujourd'hui, afin de vous faire découvrir ces fabuleux artistes que la toile a un jour placé sur ma route.

   De nos jours, un artiste se sert d'Internet pour faire connaître son travail. Ainsi, il peut avoir une très grande visibilité puisque tout le monde peut y avoir accès. S'il multiplie les réseaux (Tumblr, Facebook, Twitter, DevienArt, Pinterest, YouTube ne sont que des exemples parmi d'autres), il a encore plus de chances de se faire remarquer. Et cela concerne toutes les formes d'art ! Photos, sculptures, performances, peintures, dessins et j'en passe ! Quelque soit le domaine d'activité, Internet saura le mettre en valeur. 

   Depuis toujours, je suis une férue d'images. Mon dossier “Images” est l'un des plus gros fichiers sur mon ordinateur, c'est fou. Et comme mes parents sont des amateurs d'art, j'ai toujours été entourée de grands noms. Alors, évidemment, la découverte de certains sites (je pourrai me perdre sur Pinterest pendant des heures !) m'a conduite à rencontrer certains noms.

   La première que je citerai sera Fa, une jeune femme découverte grâce à sa page Facebook “Les dessins de Fa”. Je vais procéder ici à un voyage chronologique et Fa est la toute première que j'ai été amenée à découvrir. Ces dessins joyeux et plein de couleurs m'ont très vite séduite. C'est mon premier coup de coeur du net.


 

   Je vais parler un peu plus longuement de mon second amour, il s'agit de Gabriel Picolo, que vous pouvez retrouver sur Facebook, Tumblr, Printerest, mais aussi sur DevienArt. Cet artiste, ah, comment dire… Mais que c'est magnifique ! Je suis tombée amoureuse de son travail depuis plusieurs années maintenant, et je suis toujours aussi fascinée par son coup de crayon merveilleux et ses couleurs absolument douces et graves à la fois.

   Gabriel Picolo dessine tout avec une certaine mélancolie, toujours avec une grande force. Pendant ma prépa, j'avais ses dessins en fond d'écran (ça encourage, mine de rien) et j'ai essayé de convertir ma promotion. Je vous conseille vraiment de vous pencher sur son travail, vous ne le regretterez pas. Entre les dessins sur l'amour d'une bougie et d'une flamme, ceux qui ont trait à la culture populaire et ceux qui sont de véritables poésies muettes, ceux qui entrent dans sa série sur Harry Potter, ceux sur les constellations… Je vais vous mettre quelques exemples ci-dessous !










   J'aurais pu encore vous mettre plus, mais il faut bien s'arrêter à un moment et donner voix aux autres artistes qui peuplent cet océan de la toile. Mais il y en a tellement… Je pourrai vous parler de Akije Hirodi, mais aussi Sukalee ou encore Elentori

   Mais je vais m'attarder un instant sur Meash, ce qui est un peu de la triche car ce n'est pas internet qui me l'a fait connaître. Par contre, je suis ses travaux avec assiduité et je lui ai même acheté deux lithographies (c'est pour vous dire à quel point je suis conquise). Son art, c'est la porte ouverte sur un nouveau monde, un monde tortueux et torturé où des figures dépourvues de bouches vous observent à travers leurs yeux symbolisés simplement par de trous noirs. 

   Son art, ça vous coupe le souffle et ça vous attrape, je ne sais pas vraiment comment le définir autrement. Ma mère est aussi sous le charme, donc on trouve des extraits du monde de Meash partout dans l'appartement. De plus, cet artiste se plaît à travailler sur des supports peu conventionnels, ce qui donne naissance à des œuvres incroyables. 




   Evidemment, il y a aussi Marcia, l'artiste qui a créé la nouvelle bannière de ce blog et dont je vous avais déjà parlé. Un univers coloré, décalé, un coup de crayon véritablement stupéfiant. D'ailleurs, si vous le souhaitez, Marcia possède un compte sur YouTube où on peut suivre toutes les étapes de réalisation de certains de ses dessins grâce au SpeedPaint

   Oh, et j'ai découvert il n'y a pas longtemps Cameron Stewart, aussi, qui a un style de dessin issu de l'univers des comics. Et je vais arrêter ici avec TaylorDraws (car cet article commence à être assez long), une artiste qui crée ses propres personnages qu'elle aime à mettre en scène. Je vous laisse la découvrir. 

   Voilà, j'espère vous avoir donné envie d'aller faire un petit tour du côté de ces artistes. Bien sûr, je n'en ai présenté que très peu, peut-être que je ferai un autre article sur ce sujet plus tard.



18/09/16
JUSTE LA FIN DU MONDE


   Bien le bonjour, tout le monde ! 

  Aujourd'hui, un article sur l'adaptation cinématographique d'une pièce de théâtre par ce jeune virtuose du cinéma qu'est Xavier Dolan. Je veux bien entendu parler de Juste la fin du monde

   
Alors, qu'est-ce ? Juste la fin du monde est à l'origine une pièce de théâtre de Jean-Luc Lagarce, publiée en 1990. Xavier Dolan s'est approprié l'histoire pour la mettre en scène sur le grand écran. Je n'ai pas encore lu la pièce (mais cela ne saurait tarder !), alors, aujourd'hui, je ne vous parlerai que du film. Et quel film !

   Un ami, très grand cinéphile, devait aller le voir avec une amie et j'ai eu la possibilité d'y aller avec eux. Une avant première, je n'en avais jamais vécu ! On a débarqué dans la salle du Majestic de Lille sous une chaleur à couper le souffle, ce qui nous a aidés à complètement nous immerger dans le film. Sans plus tarder, je vais vous parler un peu de l'histoire. 

   L'histoire est celle d'un écrivain, Louis (Gaspard Ulliel), qui revient auprès de sa famille après douze ans d'absence. Et, lors du repas, il n'a qu'une seule idée en tête : parvenir à annoncer sa mort prochaine à ses proches. 

   Une histoire très forte servie par des acteurs d'exception. Le film comporte énormément de gros plans et de longs silences pesants. Il était alors primordial que les acteurs (peu nombreux) parviennent à soutenir ce cadre lourd. Et, à mon humble avis, ils ont relevé le défi avec brio. Entre Marion Cotillard, Vincent Cassel, Nathalie Baye et Léa Seydoux, l'émotion était présente à chaque instant. Et la prestation de Gaspard Ulliel en tant que personnage principal, énormément dans le silence et le regard, était plus qu'impressionnante. 

   J'ai hâte de pouvoir lire la pièce afin de pouvoir y comparer le film. D'après une interview de Dolan sur France Inter, certaines scènes ont été très “bricolées” (selon ses propres termes) et d'autres ont carrément été évincées. La comparaison sera certainement très riche.  Je me demande si la pièce saura provoquer autant d'émotions que le film. Car c'est bien cela qui se passe quand on se retrouve face à ces personnages broyés par les non-dits. On est submergé, étranglés par l'atmosphère convoquée sous nos yeux.

   Aurais-je des reproches ? Il s'agissait du premier film de Xalier Dolan que je voyais, alors, évidemment, je ne pourrai le comparer à ces précédents travaux (même si, apparemment, Mommy est mille fois meilleur selon mon ami cinéphile). Il y a tout de même la présence de quelques longueurs à certains moments. Et il arrive que certaines chansons écrasent les scènes qu'elles sont censées accompagner. Mais ce serait tout. 

   En résumé, Juste la fin du monde est un très bon film qui saura vous faire frissonner. Je vous mets ici le lien vers le blog de mon ami qui a aussi écrit sur ce film et qui saura vous éclairer mieux que moi que certains points.


18/08/16
LISA DECK

  Bien le bonjour, tout le monde !

   Aujourd'hui, je vais vous parler un peu de Marseille et plus particulièrement d'une galerie d'art qu'on a trouvé au détour d'une rue avec ma mère durant nos vacances, la montée des accules.

   La galerie porte le nom de l'artiste, à savoir Lisa Deck. Nous y sommes entrées et nous avons tout de suite été transportées par le monde de l'artiste, incroyablement doux et torturé à la fois. Je vous laisse juger vous-même à travers quelques photos que voici : 




   Toutes les sculptures représentent des êtres humains, mais de manière fragmentée. Ces figures en argile cuite sont d'une grande beauté et beaucoup expriment de la mélancolie. A l'intérieur de ces êtres détruits, on trouve de la peinture orange qui symbolise la réparation pour l'artiste. 

  Nous avons rencontré Lisa Deck qui est une très belle personne. Je lui ai demandé pourquoi elle représentait des êtres morcelés et elle m'a expliqué que c'était une manière de représenter ce qu'était réellement une personne, de faire ressortir ce qu'elle était à l'intérieur d'elle-même pour ne pas se contenter de sa simple apparence extérieure qui est beaucoup plus lisse. 

   Bien sûr, elle s'est exprimée avec des termes bien plus poétiques et forts que mes simples mots de spectatrice. C'est une artiste pure, pas simplement une femme qui aime l'art. Et cela se ressent.


















   Cette galerie fait aussi office d'atelier, ce qui nous a donné l'occasion de la voir quelques minutes à l'oeuvre. C'est fou ce qu'on peut faire surgir du néant en quelques instants. C'est… magique. Je ne pense pas qu'il y a d'autres mots. 

   Je ne peux pas faire impasse de la démarche artistique de Lisa. En effet, j'aimerais vous parler du prix de ses sculptures qui sont extrêmement abordables par rapport au monde de l'art en règle générale. C'est une volonté de l'artiste qui souhaite que l'art demeure abordable pour tous, ce qui est fort louable de sa part car elle vit exclusivement de cela. 

   En plus d'être une artiste qui a de l'or dans les doigts, Lisa Deck est une personne qui possède une grande âme. Je ne peux que vous conseiller de vous rendre à sa galerie au 10 rue des Accules à Marseille. Elle propose aussi des cours de sculpture le soir. Sinon, je vous ai simplement mis le lien vers son site en début d'article. Je peux vous promettre que vous ne regretterez pas votre plongée dans l'univers de cette femme extraordinaire.


16/08/16
 ARTICLE SHAMPOING


   Bien le bonjour, tout le monde !

   Aujourd'hui, un petit article shampoing qui ravira les fans de grands romans et ceux de Léonardo Dicaprio. En effet, aujourd'hui, on va parler amour, on va parler richesse et on va parler Amérique. Aujourd'hui, nous entrons dans les années folles depuis le point de vue de Nick Carraway. Messieurs dames, c'est l'heure de Gatsby le Magnifique

   
Gatsby le Magnifique (ou The Great Gatsby pour la version originale) est un roman de Francis Scott Fitzgerald écrit en 1925. Personnellement, je n'ai pas lu l'oeuvre originale, mais la traduction de Philippe Jaworski qui est absolument délicieuse et que je vous recommande chaudement. 

   Cet article portera aussi sur le film où jouent Léonardo Dicaprio (Jay Gatsby) et Tobey Maguire (Nick Carraway). Il a été réalisé par Baz Luhrman en 2013. Deux en un, article shampoing, c'est parti ! 

   Partons tout d'abord du roman. Le narrateur est Nick Carraway, un homme qui a vu ses illusions être brisées en Amérique, à West Egg. Il est suivi par un médecin qui lui conseille d'écrire sur ce qu'il a vécu lorsqu'il était courtier. Nick va alors se lancer dans une chevauchée formidable vers le passé où on découvrira la vie de son voisin, le célèbre et très, très mystérieux Jay Gatsby, éperdument amoureux d'une femme mariée nommée Daisy qui n'est autre que la cousine de notre narrateur. 

   Ce roman est avant tout une incroyable histoire d'amour, mais que l'on suit intégralement depuis un point de vue extérieur. Nick ne va jamais s'introduire dans le couple ou dans leurs pensées, si bien qu'il ne rend compte que de certaines marques visibles de l'amour qui existe entre les deux personnages. Mais celui de Gatsby est tellement incroyable, magnifique et omniprésent que le lecteur le ressent au fond de son ventre. Après tout, Gatsby est un homme dont la moindre action est commandé par l'amour, ce qui est très beau, mais aussi très triste. 

   Je ne peux évidemment pas parler de ce roman sans parler du style absolument incroyable de Fitzgerald. La traduction est un chef d'oeuvre qui retranscrit une force d'écriture tout à fait magique. Je pense que je vais vraiment me pencher sur l'original, mais j'hésite car j'ai peur d'être un peu déçue tant j'ai été transportée par le point de vue de Jaworski

   Parlons un peu du film. Je l'ai vu l'année dernière et j'aimerais maintenant le visionner de nouveau à l'aune du livre. J'ai beaucoup aimé ce long métrage et je trouve que les acteurs ont superbement fait vivre les personnages de papier. Les décors sont impressionnants et on ressent parfaitement la folie des années 20 qui ressemblent plus à un monde suspendu qu'à une période de notre histoire. Même les musiques semblent habitées de frénésie. 

   J'aimerais maintenant venir un peu sur le personnage de Daisy qui a donné lieu à de multiples débats entre moi et mon entourage. Dans le film, le rôle de cette femme est incroyablement ambigu, je l'ai même trouvé plus subtile que dans le livre… ou non. Elle est déchirée entre ses émotions et ne sait la voie qu'elle doit emprunter. La scène de l'hôtel en est l'exemple le plus frappant. Cette scène, d'ailleurs, prend une tournure différente dans le roman où Daisy semble avoir un avis beaucoup plus tranché… ce qui la rend peut-être, en définitive, encore plus mouvante. Beaucoup de fans la détestent, moi, elle me fascine.  

   En résumé, un roman et un film très bons à l'histoire fascinante. A découvrir très vite. Par contre, dans le livre, ne vous attendez pas à un “Je suis Gatsby” aussi incroyable que dans le film. On passe très vite dessus, contrairement au film où la phrase est suivie de feux d'artifices. Personnellement, je l'attendais avec impatience, mais ce n'est pas du tout le même effet !


14/08/16
DIXIT


   Bien le bonsoir, tout le monde !

   Ce soir, j'avais envie de vous parler d'un jeu. Pas un jeu vidéo, pour le coup, mais un jeu de société. Je vous donnerai le pourquoi de cet article après. Pour le moment, laissez-vous transporter dans le monde fabuleux et étrange du Dixit
   Dixit est un jeu d'imagination superbe édité par Libellud, créé en 2008 par Jean-Louis Roubira et illustré par Marie Cardouat. Et je dois dire que c'est du grand art ! 

    Dans ce jeu, vous avez à votre disposition 84 cartes illustrées et sans texte. Ces images, toutes plus poétiques les unes que les autres, sont votre clé pour un voyage dans l'imaginaire. Il y a également 6 pions en forme de lapins et des jetons numérotés aux couleurs des figurines pour vous permettre de voter. 

   Quel est le principe, alors ? En fait, chaque joueur a en main 6 cartes qu'il garde hors de vue des autres. Chacun leur tour, ils vont devenir des conteurs et énoncer un thème qu'une de leurs cartes a éveillé en eux. Cela peut être tout et n'importe quoi : un mot, un titre, un air, une phrase, une citation… Tout peut servir ! 

    Ensuite, chaque joueur va donner une carte au conteur qui s'approche au plus près du thème énoncé. Une fois que ce dernier les aura toutes en main, il va les placer sur la table face visible. Alors, tous les joueurs (à l'exception du conteur) vont voter pour la carte qu'ils pensent être celle du conteur. 

   Après vient le décompte des points. Si tous les joueurs trouvent la bonne carte, tous avancent de deux points, sauf le conteur. Si plusieurs trouvent, les gagnants et le conteur avancent de trois points. Si personne ne trouve, personne n'avance. Par contre, à chaque fois qu'on vote pour la carte d'un autre joueur, ce dernier peut avancer d'un point. 

   Il faut donc que le thème énoncé ne soit ni trop simple à trouver, ni trop dur. N'est-ce pas superbe ? De plus, des recharges sont disponibles pour accumuler les cartes (Memories, Origins, Daydreams…). Et il existe également une autre version du jeu appelée Dixit Odyssey qui possède un plateau bien plus grand et un autre système de vote. 

  Personnellement, j'adore ce jeu. Je l'ai ramené de mon précédent séjour à Paris avec la recharge Memories (mille mercis encore à Sonia pour ce superbe cadeau !) et tout mon entourage a été séduit par le jeu. C'est donc avec un grand plaisir que je vous le recommande. 

   Maintenant, parlons du pourquoi de l'article. Si je partage avec vous ce jeu, ce n'est pas innocemment. Un slogan du Dixit est “Une image vaut mille mots”. Alors j'ai décidé de le prendre au pied de la lettre en tant qu'exercice d'écriture. Je vais essayer de régulièrement vous poster une image du jeu accompagnée d'un texte de mille mots (à trois quatre mots près). Mais, avant de me lancer dans le projet, je tenais à ce que vous connaissiez le principe du jeu.


 11/06/16
PREMIERE SEMAINE DE STAGE

Bien le bonjour, tout le monde ! 

Je vous fais un gros coucou depuis Paris ! Je suis dans la capitale pour tout le mois de juin. Je profite du fait qu'il ne fasse pas hyper beau pour vous parler du stage que je passe en ce moment-même aux éditions l'Harmattan, dans le Ve arrondissement. 

Mon stage se déroule entre le 6 juin et le 1er juillet. Je suis logée par mon parrain et sa petite famille qui vivent près du bois de Vincennes. Je suis arrivée dans la capitale par Megabus le dimanche 5 juin, excitée et appréhensive. Et la semaine qui vient de passer… 

L'Harmattan a plusieurs bureaux dispersés entre la rue des Ecoles et celle de l'Ecole Polytechnique. Je suis arrivée le lundi matin au service commercial où je passe à chaque fois une partie de la matinée. Ils ont été très surpris de ma présence et n'ont pas du tout su quoi faire de moi. J'étais bien embêtée et gênée. Après une heure d'attente, je suis descendue vers le service éditorial où j'ai été accueillie chaleureusement.

J'ai passé la première journée à visiter les lieux et à rencontrer tout le petit monde qui travaille entre les murs des locaux. Et mes premières craintes ont fondu comme neige au soleil, ce qui n'était pas compliqué avec le temps magnifique qui a régné toute la semaine. 

Le lendemain, je suis retournée au service presse et j'ai aussitôt été mise à contribution. J'ai passé plus d'une heure à faire du mailing. Je plis les documents, je les mets dans les enveloppes, je colle les étiquettes avec les adresses des destinataires et j'affranchis. Toute une épopée ! 

Quant à mon travail au service éditorial, je le réalise en canon avec l'autre stagiaire, une jeune fille qui répond au prénom d'Adèle. Toujours prête à m'aider, elle m'est d'un grand soutien. Nos missions varient souvent et on se sépare assez vite. Je reste toute la journée avec le service des manuscrits et elle, elle gagne un autre bureau où elle enchaîne les lectures. 

Vous vous demandez sûrement ce que je réalise là-bas ? Tellement de choses ! J'enregistre les livres publiés sur le site de la BNF, je range les manuscrits qui nous parviennent, je les répartie entre les différents lecteurs, j'écris des mails aux auteurs… Tout un travail de fourmi ! 

Et l'équipe, alors ? L'équipe est… géniale ! Tous sont ouverts, prêts à répondre à mes questions. J'embête énormément Carole et Virginie, les deux personnes avec lesquelles je passe mes journées, car j'ai toujours une multitude de choses à demander. Une superbe ambiance règne dans les locaux de la maison d'édition qui font également office de librairie. Il y a toujours du monde, c'est impressionnant ! 

Pour ne rien gâcher au tableau, il fait beau ! Et dans le Ve, il y a une foule de choses à voir ! Je passe mes pauses déjeuners dehors, à vadrouiller de droite à gauche. C'est super ! 


11/06/16
LES TRIBULATIONS D'UNE KHÂGNE

Bien le bonjour, tout le monde ! 

Aujourd'hui, je vais vous parler de moi (pour changer…). Mais c'est un article qui va traiter d'un truc que je prépare depuis le mois de décembre. 

En fait, cette année, mes cours s'arrêtant le 2 juin avec la publication des résultats de l'ENS, je me suis dit que ce serait dommage de rester trois mois sans rien faire. Alors m'est venue une idée : et si je faisais un stage  en maison d'édition ?

Aussitôt dit, aussitôt fait. Enfin, aussitôt fait… Il a fallu le trouver, ce stage ! J'ai envoyé alors des demandes un peu partout : Hachette, Sonatine, Ankama… Personne ne m'a répondu à l'exception des éditions de l'Harmattan, une maison rue des Ecoles à Paris.

Trop heureuse d'avoir décroché quelque chose, je me suis pointée comme une fleur à mon lycée où j'ai demandé une convention de stage. Et c'est là que les ennuis ont commencé… 



Je me suis tout bonnement fait envoyer sur les roses. Sous prétexte que cela ne faisait pas partie de la formation d'une khâgne, on a refusé de me signer quoique ce soit. La documentaliste de mon établissement a tout fait pour me venir en aide, mais, rien à faire : tout demeurait inéluctablement bloqué. 

J'ai commencé alors à légèrement avoir les pétoches, pour tout vous dire. J'ai appelé la fac à laquelle j'étais inscrite en parallèle qui a aussi posé son veto. Je me suis tournée vers diverses organisations, mais elles ne pouvaient rien pour moi. Et mon établissement… Alors eux ! 

Ma CPE a sûrement été l'une des pires. En plus de me traiter de menteuse et de casse pied, elle a refusé obstinément de se pencher sur mon problème et, pour se donner bonne conscience, elle m'a envoyé vers l'URMA, une école spécialisée dans l'artisanat. 
Désespérée, j'appelle cette organisation et leur explique mon soucis. Bien embêtés, ils ont tout de même essayé de me venir en aide.  

Finalement, j'ai obtenu de l'aide de la Mission locale de Lille qui m'a promis une convention… pour ensuite de me la refuser une semaine avant le début de mon stage ! 

J'ai tout de même réussi à obtenir une convention puisque je écris depuis Paris en ce moment-même. Mais je trouve cela anormal d'avoir du passer par tant de mésaventures, surtout dans une société où on nous demande toujours d'avoir plus d'expérience. 

Les stages devraient être plus faciles d'accès pour les étudiants et ce qu'importe leur formation. Si j'avais été en BTS, mon établissement aurait volontiers accepté de signer pour moi cette fichue convention de stage. Et ça, ce n'est absolument pas normal. 

Je n'ai pas l'ambition de changer le monde, et cela, assurément pas seule. Mais j'aimerais que cette histoire se répande ne serait-ce qu'un peu. Car, peut-être que si vous êtes nombreux à réagir, nous parviendrons à ébranler cette structure monstrueuse qu'est l'enseignement.


21/05/16
MON PREMIER SALON 




   Bien le bonjour, tout le monde ! 
  
   Aujourd'hui, je suis là pour vous parler du salon du livre qui se déroule actuellement à la salle des fêtes de Phalempin, un petit village situé non loin de Lille. Il s'agit du premier salon organisé par la mairie et il s'agissait aussi de la première fois où je mettais les pieds dans un salon du livre. Et vous savez quoi ? Hé bien, c'est bigrement intéressant ! 

    Alors, en quoi consiste un salon du livre ? C'est un lieu où se réunissent des libraires et des auteurs autour d'un thème pour promouvoir leur travail et vendre des livres aux visiteurs. Cela permet d'échanger avec les créateurs et d'obtenir également des dédicaces. Ici, vous ne trouverez que des livres jeunesses, allant des contes éducatifs pour les touts petits aux romans d'aventures pour les adolescents. 

   Etait aussi présente aujourd'hui une éditrice des maisons Lightmotiv. Une femme très gentille qui m'a donné une foule de conseils sur la voie que je pourrais suivre à l'avenir. Il s'agissait d'une rencontre très enrichissante !

 

   Evidement, n'ayant toujours pas été publiée, je ne faisais qu'accompagner mon père, Jean-Louis Lafontaine. On avait un stand pour nous deux et nous avions disposé devant nous plusieurs exemplaires de ces deux romans, à savoir La Machine à Rêves et Le Bâton d'Or. Je vous joint ici une photo.


   Personnellement, j'ai craqué sur un exemplaire de Hugo, le pirate qui a peur de l'eau écrit par Valérie Warin et dessiné par Ludovic Févin. Le style un peu timburtonesque du personnage principal a très vite attiré mon oeil. De plus, l'auteur est une personne très sympathique avec qui il est très plaisant d'échanger et qui fait des dédicaces absolument adorables. Je lirai son ouvrage ce soir et je vous en donnerai des nouvelles.   


   J'en profite pour glisser un mot à propos de la maison qui l'édite.  Leur nom est La plume d'Argilète. Cette maison a une démarche très intéressante car elle publie et adapte nombre de livres pour les malvoyants, mais aussi les dyslexiques. Ils vendent également des livres audios… Leur démarche est vraiment très importante car cela permet de rendre accessible le monde de la lecture à tous. C'est pourquoi je tenais à les mettre en avant ici. 


19/05/16
DES OEUVRES ET DES FANS

   Bien le bonjour, tout le monde ! 

   Aujourd'hui, j'avais envie de vous parler d'un sujet un peu particulier que je trouve absolument fascinant. Il s'agit des fans ! 

   Bon, dis quoi cela, c'est assez étrange, je l'accorde. En fait, comment expliquer cela ? Je lis/regarde/écris/découvre des histoires chaque jour et ce depuis toujours. Mais ce n'est que depuis quelques années que je me suis aperçue qu'il ne fallait pas obligatoirement être un professionnel pour créer des choses absolument extraordinaires. 

  Cela a commencé par les fanfictions que je lisais issues de l'univers de D.Gray-Man. Comme vous le savez peut-être, j'ai déjà écrit un article au sujet de ces textes écrits par les fans pour les fans. Ce que je trouve absolument incroyable, c'est qu'une histoire ne se limite jamais à son seul support. A partir du moment où elle est connue, qu'elle est diffusée, elle est déclinable de mille et une manières ! 

   Je parlais des fanfictions, mais ce n'est pas la seule forme d'expression possible. On peut passer parle cosplay (ou déguisement), le dessin, les vidéos, les bandes dessinées, les reconstitutions, les accessoires, les musiques… Internet est un nid à découvertes où il est possible de trouver tout et n'importe quoi ! Si, par exemple, vous vous rendez sur le DeviantArt de Gabriel Picolo vous découvrirez énormément de très beaux dessins sur divers séries, livres et films (Teen Titans, Harry Potter, Le voyage de Chihiro…). 


   Je vais prendre un exemple qui me tient à coeur qu'est Gravity Falls (article à venir). En soit, Gravity Falls n'est qu'un dessin animé pour enfants diffusé sur Disney XD. Que ? Grave erreur ! Car ce dessin animé a ses fans et ils sont nombreux ! Si vous vous rendez sur le site Pinterest, vous trouverez mille et une images renvoyant à cet univers… ou à d'autres. 

   J'ai pris l'exemple de Gravity Falls parce que ce qui s'est construit autour de l'univers est juste absolument incroyable. En fait, les fans ont créé des univers alternatifs par dizaines. Des univers complets et parfois vraiment très, très intéressants (Reverse, Demonic Gardians, Reunion Falls…). Ainsi, les personnages et l'univers sont déclinés différemment et certains personnages ont même été créés, comme celui de Will qui serait le frère ou le double du grand méchant de l'histoire. Ainsi, le dessin animé acquiert tellement plus et les possibilités deviennent infinies…

   Si vous êtes intéressé par le sujet, je vous recommande chaudement la chaîne de InfoStarCo Vidoes qui explique quelques uns de ces univers de manière détaillée et très claire. La chaîne est en anglais, mais facilement compréhensible. 

   Les fans font plus que mettre en scène leurs fantasmes. Ils rendent hommage aux oeuvres qu'ils aiment, leur offrent profondeur et immortalité. Ils les déclinent, les prolongent, les mélangent via les cross over… Une histoire n'appartient alors plus seulement à son auteur ou à son éditeur, elle appartient à chacun. C'est ainsi qu'elle vit et c'est là tout la magie de l'imaginaire. 

   Certains auteurs refusent et interdisent même les fanfictions (comme George R R Martin, pour ne citer que lui), ce qui est, à mon humble avis, une terrible erreur. Même s'il existe de très mauvaises fanfictions, même si quelque fois, des fans refusent la voie choisissent par l'auteur et qu'ils empruntent un chemin totalement différent, quelle importance ? Personnellement, le jour où je découvre une fanfiction ou un dessin sur une des mes histoires, je crois que je bondis de joie (mais bon, on en est pas encore là…). 


12/05/16
ART UP ! 2016

   Bien le bonjour, tout le monde !

   Comme vous le savez peut-être déjà, j'ai toujours été une amatrice d'art, au point d'y consacrer une petite partie de mes études. Aujourd'hui, j'avais envie de vous parler d'une exposition un peu spéciale. Bien qu'elle soit déjà passée, je me dit que c'est également l'occasion pour certaines personnes de découvrir l'évènement.  

   Pour les photos, si vous souhaitez les voir en plus grand, il vous suffit de cliquer dessus.

   ART UP est une foire d'art contemporain où galeristes et artistes viennent vendre des oeuvres venues de divers horizons. Elle s'installe tous les ans au grand palais de Lille en mars. J'avais déjà fait un article lors de ma visite à la foire de 2014. N'ayant pas eu l'occasion d'y aller l'année dernière, je me suis rattrapée avec une amie cette année. En plus, elle avait un très bon appareil photo sur elle, donc on a ramené de merveilleuses photos de notre escapade sur le chemin de l'étrange. 

   Donc qu'avons-nous découvert cette année ? Une salle d'exposition immense avec de très belles oeuvres, mais d'autres, plus moyennes, et d'autres encore qui remportaient la palme de la bizarrerie comme ces oeufs de yoda créés par Alexandre Nicolas

   Cette année, il y avait aussi énormément d'ateliers pour permettre aux visiteurs de toucher à différentes formes d'art : dessin à partir de modèles vivants, reliure, gravure… Il y en avait vraiment pour tous les goûts et tous les âges ! Les animateurs de ces stands étaient très accueillants et ont même réussir à convaincre mon amie de dessiner devant tout le monde !

   Mais l'artiste qui nous a vraiment marquée toutes les deux cette année, c'est bel et bien Valérie
Hadida. Les sculptures que nous avons pu voir sont délicates, mélancoliques et fascinantes. Elle nous transporte véritablement dans un univers qu'elle a façonné de toutes pièces et qui n'appartient qu'à elle-même. Je vous laisse la découvrir à travers quelques photos que voici : 






    L'art parodié et l'art graphique étaient également au rendez-vous, comme cette reprise du célèbre Donadini
tableau de Mondrian par

    Entre sculptures, peintures, photos et oeuvres hybrides, on ne savait plus du tout où donner de la tête. Grâce à un système de pastilles, on arrivait à savoir quelles oeuvres se vendaient. Et certains artistes vendaient même très bien. Il faut dire qu'à 5000€ la toile, n'en vendre que quelques unes était sacrément rentables. 

    En effet, les prix n'étaient pas des plus abordables. Mais, en plus de payer pour l'oeuvre, il est vrai que le prix est calculé pour couvrir aussi les honoraires des galeristes et, ici, la place à ART UP !, donc ceci peut expliquer en partie cela.   

   Bernard Pras était une nouvelle fois au rendez-vous avec ses installations toujours aussi surprenantes ! Et de magnifiques dessins de Ernest Pignon Ernest étaient installés sur quelques murs. Mazette, qu'il est doué, celui-là ! N'hésitez surtout pas à aller découvrir son travail, aussi beau qu'intelligent. 

   Je vais cesser cet article-là, parce que je ne voudrais pas non plus vous noyer sous les photos et les informations. En tout cas, j'espère vous avoir donné envie de faire un tour à cette foire de l'art l'année prochaine ! Je vous laisse sur un dernier tableau de Florence Dussuyer et la magie de sa peinture… 





 06/05/16
 LA PREPA, C'EST QUOI ? 




   Bien le bonjour, tout le monde ! 

   Houlà, le dernier article remonte vraiment à il y a super, suuuper loin ! Avec la prépa, cela n'a pas été simple tous les jours et écrire ou tenir le blog à jour s'est vite révélé impossible. Mais, tant que j'y suis, d'ailleurs, je vais vous partager mon expérience. Si vous voulez vous diriger vers une classe préparatoire ou si vous hésitez, ou même vous vous intéressez simplement au sujet, voici un résumé de ce que j'ai vécu pendant deux ans. 

   Il faut tout d'abord savoir que j'ai fait une CPGE littéraire, alors je ne connais pas exactement le fonctionnement des autres. Mais si ce sont plutôt les maths qui vous tentent, cliquez ici. Il s'agit d'une vidéo de la chaîne YouTube Le rire jaune où Henri partage avec nous son expérience en classe préparatoire de maths. 

   
Donc, la prépa en L, c'est quoi ? Il s'agit de deux années (hypokhâgne puis khâgne) de préparation
aux grandes écoles. Principalement, les profs nous dirigent vers le concours de l'ENS (Ecole Normale Supérieure), mais il est possible de passer d'autres concours comme Celsa ou Sciences Politiques (j'en parlerai plus tard). Il est important de souligner que la prépa n'est pas réservé seulement aux élèves issus de série littéraire. Que vous soyez de S, ES ou L, du moment que vous avez des notes plutôt homogènes, vous pouvez trouver votre place là-bas. 

   Personnellement, je suis issue de la prépa d'Arras, celle qu'on trouve au lycée Carnot. Pourquoi je
l'ai choisie ? Je voulais me diriger vers Lettres Modernes, tout en voulant continuer l'art que je pratiquais depuis la seconde. Si l'option histoire de l'art est plutôt courante, celle de l'art pratique et théorique est très rare. Et Arras la proposant, je me suis dirigée automatiquement là-bas. 

   Cette prépa n'est peut-être pas celle aux meilleurs résultats, mais les professeurs que j'ai eu pendant deux ans étaient très compétents et m'ont appris une foule de choses, que ce soit sur la littérature ou moi en général. De plus, contrairement à la fac, vous conservez une formation vaste et complète. C'est pourquoi vous continuerez à faire du français, mais aussi de la philosophie, de l'histoire, de la géographie, des langues…

   En première année, vous devez choisir une option qui déterminera votre spécialité de l'année suivante. Par exemple, pour les Lettres Modernes, cela se traduisait par 4 heures de latin. Pour les historiens-géographes, il y avait quelques heures de géographie supplémentaires. Cela permet de déterminer la licence que vous pratiquerez si d'aventure vous retournez en fac après votre prépa. Car, oui, une passerelle est possible. Vous obtenez à la fin de chaque année des ECTS, des sortes de crédit. Si vous parvenez à tous les avoir, vous pouvez directement vous diriger vers une 3e année de licence après vos deux ans de prépa. Ainsi, vous ne perdez pas d'années. 

   La prépa a plusieurs avantages. En plus d'être pluridisciplinaire, vos années là-bas vous inculquent une exigence et une capacité de travail absolument géniale. Vous accumulez une foule de connaissances et une certaine ouverture d'esprit. De plus, vous frotter au concours de l'ENS est une très bonne expérience car il est de haut niveau. 

   Puisque je suis dans le concours, je me dois de vous parler de la BEL, ou la Banque d'Epreuves Littéraires. Cela ne concerne que les prépas L, par contre. C'est un système qui vous permet de passer plusieurs concours tout en n'en passant qu'un. Oui, ce n'est pas très clair… En fait, vous ne passez que le concours de l'ENS, mais vos résultats comptent également pour d'autres concours, sans que vous n''ayez à passer d'épreuves supplémentaires. C'est comme ça que, cette année, j'ai passé Sciences Po et le Celsa alors que je n'ai passé que les épreuves de l'ENS. Très pratique, non ? 

   J'aurais aimé vous parler un peu des spécificités de ma prépa, mais elle va énormément changer l'année prochaine à cause du départ de certains professeurs. Nous avions un club théâtre absolument extraordinaire (on joue Un fil à la patte, cette année), de nombreuses sorties au théâtre d'Arras et de Douai, des semaines culturelles… Je ne sais pas ce que tout cela deviendra maintenant. J'espère simplement que quelqu'un en reprendra le fonctionnement. 


   Ah, par contre, il faut que vous parle de l'espace Bizet et de l'Etre Lieu. L'espace Bizet est comme une immense cour ouverte. Avant, c'était plutôt un lieu de travail où se produisaient des évènements de temps à autres, mais, depuis cette année, c'est devenu exclusivement un espace culturel. Il s'y passe une foule de choses : conférences, spectacles, expositions… C'est vraiment intéressant ! Quant à l'Etre Lieu, c'est l'association artistique mise en place par le professeur d'art. Chaque année, un ou plusieurs artistes s'y installent en résidence et montent des projets avec les élèves spécialisés en art. Il est possible pour les personnes de l'extérieur d'y venir. 

   Un dernier petit mot sur le logement. Personnellement, j'ai choisi de demeurer à l'internat de la rue des quatre crosses pendant deux ans. C'est à deux pas de la prépa et, si on s'entend bien avec ses camarades de chambre, je pense que c'est l'idéal. Vous pouvez pleinement vous concentrer sur votre travail et, surtout, vous n'êtes pas seul. Je pense que je n'aurais pas réussi à tenir ce rythme infernal si mes camarades de chambre n'avaient pas été là pour moi. Bien que les horaires soient contraignants, c'est un lieu agréable qui permet de forger des liens très forts. je vous le recommande.




19/10/2014
ARTICLE SHAMPOING




Bien le bonjour tout le monde ! 


   Vous savez quoi ? Je suis en vacances ! Enfin ! La dernière semaine de cours a été dure. Le rythme intense a failli avoir raison de moi (il fallait voir comment je m'écroulais dans mon lit chaque soir…). Enfin, bon ! Pour démarrer de bon pied ces deux semaines de calme (et de devoirs…), je voulais commencer par un double article sur la comparaison de All you need is kill et Edge of Tomorow. 




   Commençons par le manga qui est à la base de notre épopée sauvage. 

   Le manga, en réalité, est lui-même le fruit d'une adaptation du light novel de Hiroshi Sakurazaka, illustré par Yoshitoshi ABe. La même année, le manga est produit. Le chara design et le scénario original sont conservé, mais c'est à Ryosuke Takeuchi que nous devons le nemu (le storyboard, en somme). Et les fans reconnaîtrons sans problème le coup de crayon absolument superbe de Takeshi Obata, dessinateur des très célèbres Death Note et Bakuman.



   Maintenant que vous connaissez sa genèse, parlons de l'histoire en
elle-même. Une espèce extraterrestre, nommée “mimic” a envahi la Terre et cherche à éradiquer toute vie humaine. Nous nous trouvons sur l'île de Kotoiushi où l'armée japonaise et américaine ont uni leurs forces pour faire face à la menace. Nous sommes la veille de l'assaut et le soldat Keiji Kiriya se réveille alors qu'il venait de mourir hier sur le champ de bataille.



   Ce manga est réellement bon, tout du moins, selon mon avis. Je n'ai absolument aucun reproche à faire sur les dessins. Leur côté réaliste accentue l'aspect horrifique de l'histoire et les scènes de bataille en sont un exemple tout particulièrement frappant. L'histoire aussi n'a pas vraiment de défauts. Le, ou plutôt les, personnages principaux sont intéressants dans leur manière de vivre lees différentes épreuves qu'ils traversent. Pour une série conclue en deux tomes, je les ai trouvés bien fouillés et solides.

   L'idée principale est classique, mais son traité rend vraiment l'aventure de lecture prenante. On s'engouffre avec Keiji dans l'engrenage tordu et terrifiant des boucles. Les mimics sont également un réel atout. Leur nom et leur aspect de boule, qu'on pourrait presque qualifier de burlesques, contribuent en réalité à les rendre effrayants. Et on ne sait strictement rien d'eux, à part ce qu'en déduisent les personnages. Qui ils sont, d'où ils viennent, pourquoi ils sont là… ? 



   Une amie, à qui j'ai fait lire le manga, m'a résumé sa pensée en un mot à son propos : “Bof”. Pour elle, le manga nous laisse bien trop sur notre faim, et je suis obligée de reconnaître qu'elle n'a pas tort. L'auteur aurait pu aller beaucoup plus loin, et il l'a d'ailleurs lui-même admis puisqu'il a annoncé qu'il écrirait une suite. Maintenant, le tout est de savoir comment il va faire pour produire une aussi bonne histoire sans trop tirer sur le sujet. 



   Passons à Edge of Tomorrow. Vous savez, en regardant la bande annonce (je ne connaissais alors pas encore le manga), je me suis dit : “C'est dingue, on dirait un manga de mecha !”. Ce qui, au final, c'est révélé vrai. Mais un manga de mecha vu par des studios américains ! Voilà de quoi m'intriguer. Alors, je me suis lancée et j'ai visionné le film. 



   Voilà tout d'abord la bande annonce : ici






    L'histoire est celle de William Cage, un major du service des relations publiques. Quand il apprend qu'il doit être envoyé sur le front avec les autres soldats pour pouvoir retransmettre leurs exploits à la face du monde, son premier réflexe est de s'enfuir. Il est alors rétrogradé et qualifié de déserteur. Devenu un soldat comme les autres, il est lancé dans un débarquement suicidaire. Mais alors qu'il meurt sur le champ de bataille, il se réveille la veille de l'assaut. 



   Le synopsis de base est à peu près respecté et si je me détache de l'œuvre originale, ce film n'est pas
si, si mauvais que ça, sans toutefois être bon. Mais comme j'ai vraiment aimé All you need is kill, je ne peux m'empêcher de les comparer… et la transition passe mal.



   Les personnages de Edge of Tomorrow sont… classiques. Je ne me suis pas particulièrement attachée à eux. Ils ont un petit quelque chose, mais c'est sans plus. 

   Et studio américain oblige, beaucoup d'actions sont basées sur le spectaculaire. Là où le manga mettait l'accent sur le côté horrifiant d'une guerre qui ressemble au dernier sursaut de désespoir d'une humanité agonisante, le film censure les morts et, j'ai trouvé, adoucit le trait. 



   Je me dois de dire un mot sur Keiji et William. Keiji a réellement une évolution intéressante. Seul, en observant de loin cette idole de guerre qu'est Rita Vrataski, il va surmonter tout : la peur, la solitude, le désespoir. Il va prendre les boucles à bras le corps et combattre de toutes ses forces sa destinée. William m'a paru beaucoup faible, voire fade, en comparaison. 



   Comme je l'ai dit, mon point de vue n'est pas le moins du monde objectif. Si je n'avais pas lu le manga, le film m'aurait assurément beaucoup plus plu. Mais je vous conseille vraiment de tester les deux, car les différences sont très parlantes et révèlent beaucoup quant aux mentalités, qu'elle soit japonaise ou américaine. Dans tous les cas, vous passerez un bon moment. 



05/07/2014
MES YOUTUBEURS  
 
 Comme cet article porte beaucoup de vidéos qu'il est malheureusement impossible à visionner sur les pages, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous pour profiter pleinement de l'article. Merci de votre compréhension. 
Lien vers l'article

09/0/2014
 LES FANFICTIONS

 
   Bien le bonjour chers lecteurs ! 

   Après une absence quelque peu longue, nous voilà partis aujourd'hui à la conquête de l'univers des fanfictions dont je vais vous “enseigner” les codes. 


  Alors, tout d'abord, keskecé que la fanfiction (ou fanfic) ? Il s'agit d'un récit écrit par un fan concernant une histoire déjà écrite. Il peut s'agit d'une histoire issue de différents médias : roman, BD, manga, animé, drama, série, film, théâtre, jeu de plateau, jeu vidéo,  jeu de rôle, musique (des chanteurs et/ou des musiciens deviennent des personnages. Le groupe Tokyo Hôtel est sujet à fort nombre de fanfictions que je déconseille de manière générale…), et Histoire (c'est-à-dire que l'histoire se base sur de véritables faits historiques). 

   Alors, pourquoi écrire et lire des fanfictions ? Les fans écrivent tous pour des raisons différentes. Certains vont vouloir deviner la suite de l'histoire, d'autres mettre un personnage qu'ils aiment en avant, d'autres changer le cours de l'histoire etc. 
   Pourquoi en lire ? Bah, pour le fun. Personnellement, je ne vois pas d'autres raisons. J'aime beaucoup lire des fanfictions qui m'ont parfois fait découvrir de très bonnes histoires. Et puis, parfois, ça nous permet de nous sentir plus proche des personnages car on les voit souvent dans des situations totalement inédites, ce qui est très sympa. 

   Quelles sont les règles ? 
   … Bonne question.
   Alors, une fanfiction peut être dite canon, c'est à dire qu'elle va suivre scrupuleusement le scénario d'origine (lieux, évènements, caractères des personnages…). Ecrire une fanfiction de ce type n'est pas spécialement intéressant, mais elle permet de créer des aventures inédites quand c'est bien écrit ou alors d'envisager des suites. 
   (Pour répondre aux éventuels questionnements, oui, j'ai du mal à trouver des illustrations, alors j'ai pris cette mini BD pour un brin d'humour… Bref…)
   Dans la fanfic, il n'est pas obligatoire de reprendre l'univers tout entier de l'auteur. Vous pouvez transposer certains personnages dans un univers alternatif (vous trouverez ce terme sous son apocope UA la plupart du temps), faire basculer un personnage du “côté obscur” (par exemple, Dark! Allen-Walker), mettre certains personnages en couples (yaoi -relations entre hommes-, yuri -relations entre femmes- et het -relations hétérosexuelles-). 

    La plupart des fans caractériseront leurs fictions pour que vous puissiez puiser dans celles qui vous plaisent. Par exemple, ce sera “Titre”, OS, nom de l'histoire originale, NC-13, UA, OC… Je sens que j'en ai perdu quelques uns, là. Alors, OS, c'est pour One Shot, ce qui désigne des histoires en un unique chapitre. NC, c'est le rating, c'est pour prévenir à quelle tranche d'âge on s'adresse. Une histoire en NC-17 peut comporter des scènes de violence et de sexe plutôt explicites, alors méfiez-vous parfois. Quant à OC, c'est Original Character, c'est quand un auteur insère dans l'histoire un personnage de son cru… Ce que je vous déconseille vivement.
   Je n'ai lu que très peu de bonnes fanfics avec un personnage original. En général, il tend vers la “perfection” intellectuelle et physique et prend tellement d'importance qu'il en éclipse les autres. On qualifie ces personnages de Mary Sue quand c'est une fille et Gary Stu quand c'est un garçon. 
    Cliquez sur l'image pour la voir en plus grande. Je l'ai trouvée sur Internet et je trouvais qu'elle illustrait bien le concept de Mary Sue.  

   Attention, certains auteurs refusent qu'on s'approprie leurs histoires. Publier une fanfiction sur leur œuvre est interdite. D'ailleurs, à chaque fois que vous écrivez une fanfiction, n'oubliez pas de mettre la phrase de “disclame” qui précise que les personnages ne vous appartiennent pas. Par exemple, ça se présentera de cette manière : Disclamer : Les personnages et leur univers appartiennent à JK Rowling. 
   Voici les auteurs qui sont contre les fanfictions : Terriy Gookind (oui, la vie est injuste…), Anne Rice, Archie comics, George RR Martin (shit !), Orson Scott Gard, Diana Gabaldon, Robin Hobb, Dennis L. MacKiernan, Irène Radford, Laurell K. Hamilton, Nora Roberts, PN Erold, Raymond Feist et Robin McKinley. 
   C'est vraiment dommage. Les fanfictions sont rédigées, comme son nom l'indique, par des fans. Ce sont souvent des hommages. Et si elles sont écrites avant tout pour satisfaire les fantasmes des fans, elles sont aussi rédigées pour saluer l'histoire originale… Mais bon, certains auteurs ne sont pas prêteurs !

   Alors, ensuite, il y a les genres. On a les Sonfics axées sur une chanson, les Deathfics où l'un des personnages principaux est amené à mourir, les Angst où les personnages sont en proie à des tourments physiques et moraux… Un genre assez populaire est le Schoolfic où les personnages se retrouvent dans une école (un tel est professeur, l'autre élève…) ce qui permet de lecteur de pleinement s'identifier à son héros qui évolue dans le même univers que lui. 

   Bien sûr, l'univers des fanfictions est très vaste et je ne vous en ai donné qu'un petit aperçu. Si vous voulez plus de précisions, rendez-vous sur ce site : ici. Wikipédia répondra à la plupart de vos interrogations, je pense. Sinon, je me ferai un plaisir de vous venir en aide. 

  En ce qui concerne les sites, je vous conseille évidemment Fanfiction-net.fr qui rassemble un très vaste panel d'histoires issues de tous types de médias. Et si l'anglais ne vous fait pas peur, lisez les histoires d'Akuma, vraiment (bon, faut aimer le yaoi par contre… et ne pas être intimidé par le sexe). Mais ces histoires sont très belles. Sinon, vous pouvez lire des traductions (comme Te Amo qui est une perle, mais il faut s'accrocher par moments, c'est une fanfiction de Gundam Wing axé sur le couple de Heero et Duo). 


  Voilà, ce sera tout pour cet article. J'espère que j'ai réussi à vous convaincre de lire ou/et d'écrire des fanfics. C'est un bel univers qui est à votre portée, ce serait dommage de ne pas y pénétrer ! 




09/12/2013
LE PARFUM, BIS 

   Bonsoir tout le monde ! 
   Aujourd'hui, j'ai profité d'une mini baisse de tension pour m'échouer sur le canapé devant un DVD d'une amie. Je me pelotonne dans les couvertures, ma peluche Yoshi sous le bras, mon chien couché contre moi et je lance le film. Et quel film ! 

   Le film, c'est Le parfum, histoire d'un meurtrier, tiré du célèbre roman de Süskind dont je vous avais parlé récemment, avec, dans le rôle principal, Ben Wishaw.

   Le film a été réalisé par Tom Tykwer en 2006. Le réalisateur a aussi participé au scénario avec Andrew Birkin et Bern Eichinger… Je dois vraiment penser à revoir ma culture cinématographique, parce que je ne connais aucun de ces messieurs ! 

   L'histoire reprend donc celle de Süskind avec un souci de d'adhération absolument saisissant ! L'intrigue est respectée à la lettre et le personnage de Grenouille parfaitement respecté tout en parvenant à le renouveler, c'est juste incroyable ! Parce que adapter ce roman à l'écran a dû se révéler une tâche plutôt ardue.

   Pendant un moment, j'ai eu peur qu'ils ne changent la fin ou le personnage de Richis, mais il n'en a été rien, fort heureusement. Le rendu est superbe, magistral. Un grand moment à passer. 
    Un reproche ?… Voyons, des reproches…Bah, pas vraiment. J'ai beaucoup aimé la légende de Baldini avec les treize essences car elle explique vraiment pourquoi Grenouille va collecter le parfum des jeunes filles.
   L'amie qui m'a passé le DVD n'a pas du tout aimé, par contre. C'est vrai que l'histoire est très spéciale, en plus d'avoir un fort côté dérangeant (bah, c'est Jean-Baptiste Grenouille, hein…). Mais c'est justement ça qui fait du Parfum une si belle histoire. 
   
   Ah, et je vous conseille vivement de regarder le film en anglais. La façon dont les acteurs prononcent le nom de Jean-Baptiste Grenouille est excellente !



04/12/2013
HAPPY BIRTHDAY GALERIE PERROTIN


   Dimanche, onze heures, appareil photo en main, je me retrouve devant le Tri Postal. Direction, une exposition venue tout droit de la Galerie Perrotin ! 

   Alors, pourquoi une exposition sur une galerie, ou plus précisément un galeriste ? Perrotin est un galeriste qui a démarré jeune (17 ans) dans le marché de l'art. Aujourd'hui, il possède une galerie à Paris (rue de Turenne), mais aussi une à Hong Kong et une autre à New York. J'ai lu sa biographie un peu en diagonale, mais j'ai remarqué qu'il avait notamment travaillé avec Marina Abramovic. Cet homme a découvert une poignée de “super stars” et, pour son flair, nous ne pouvons que le remercier.

   L'exposition a pour but de rendre compte de la vision de l'art d'Emmanuel Perrotin. A travers les différentes salles, on rencontre des artistes de tout horizon, ce qui rend l'ensemble à la fois très intéressant et déroutant, comme se veut l'art moderne. Des artistes comme JR, Ivan Argote ou Murakami m'ont fascinée et/ou surprise. Par ici le guide, je vais vous faire découvrir quelques œuvres qui valent le détour. 

   Tout d'abord JR qui a été, d'après moi, la découverte de cette visite. Cet artiste anonyme prend des photos de personnes comme vous et moi pour ensuite les imprimer sur papier et les coller dans la rue, un travail qui ressemble assez à celui de Ernest Pignon Ernest, un autre artiste tout aussi remarquable (ils auraient d'ailleurs travaillé ensemble sur un projet en Afrique du Sud, à Soweto). Ici, à votre droite, vous avez une photo de son projet Woomen are heroes, dans une favela de Rio. 
  Pour cet artiste, la plus grande galerie du monde est la rue. Je vous conseille de vous rendre sur son site pour comprendre le message de l'artiste et en profiter pour découvrir d'autres œuvres de JR.

   Ensuite, il faut tout de même que je vous parle de Paola Pivi, puisque c'est une de ces œuvres qui sert d'affiche pour l'exposition. 
   Alors que dire… ? D'après les dires de notre guide, Paola Pivi aurait en réalité disposé des tasses de faux capuccino dans une pièce… puis aurait lâché un guépard. OK… Je ne comprends pas bien le sens de l'œuvre, mais il est vrai que le rendu visuel est saisissant. 
   Une autre photographie de Paola Pivi est exposée à côté de la première. Cette fois-ci, des zèbres se font un câlin en Alaska… Pourquoi ? Quel est le message ? Quelqu'un peut-il me le dire ?! Professeur Candide, avez-vous une répon… Ah, il est parti sauver les zèbres, bon… 

   L'œuvre d'Ivan Argote se présente sous la forme d'une vidéo projetée sur trois murs dans trois villes différentes, New York, Paris et Madrid où il a placé sa caméra derrière des gens qui lui tournaient le dos, et leur a crié très fort "Je vous aime, vous êtes très beaux, vous êtes magnifiques !" L'objectif fixe leurs réactions quand ils se retournent. L'idée est belle, je me demande bien comment nous réagirions si l'artiste avait idée de faire ça à Lille… 

   Après, je devrais parler de Murakami, Maurizio Cattelan, Mr, Damien Hirst, Xavier Veihlan, Klara Kristalova… Mais si je devais citer toutes les œuvres intéressantes, j'en aurai pour des heures, et je pense que je vous ennuierai plus qu'autre chose. Le mieux, c'est que vous alliez faire un tour vous-même, je ne pense pas que vous le regretterez !
   Et, pour conclure, je vous laisser avec une photo de Damien Hirst appelée With Dead Head, qui date de 1991. 



13/10/2013
VOCALOID

 Comme cet article porte beaucoup de vidéos qu'il est malheureusement impossible à visionner sur les pages, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous pour profiter pleinement de l'article. Merci de votre compréhension. 
Redirection 




11/07/2013
A LA JAPAN ! 

   Voili, voilo ! Comme promis, voici un article rien que pour vous sur la Japan Expo !
   Levée à cinq heures, partie à six heures, nous arrivons au parc des expositions à Paris aux alentours de huit heures, soit une heure à l'avance. Heureusement qu'on y était, en avance, parce que la queue pour accéder au salon était déjà bien longue ! (cliquez sur les photos pour les voir en plus grandes)

    Ave mon amie en Underttaker, nous accédons finalement à un monde étrange… 
    Le salon est gigantesque et regorge de perles en tout genre ! Il y a tant de stands que tout visiter relève de l'impossible ! Mais nous prenons notre courage à deux mains et nous nous aventurons en terrain inconnu. Notre voyage ne nous a pas déçu !

    J'ai pu rencontré une multitude de personnages tous plus étranges les uns que les autres. Mes héros de mangas s'étaient donné rendez-vous dans le monde réel, c'était génial ! J'ai pu croiser Midona, de The legend of Zelda, Allen Walker, de D.gray-man, Oz, de Pandora Hearts et tant d'autres ! Malheureusement, n'ayant pas reçu l'autorisation des cosplayeurs (les déguisés) de mettre leurs visages sur mon blog, je ne peux les diffuser… Mais je peux quand même vous montrer Midona (gauche) qui, à mon humble avis, est difficilement reconnaissable ! J'en profite pour glisser une photo de mon amie qui m'accompagnait en Underttaker (droite). 

Alors, le premier stand dont je vais vous parler est celui des Legos ! Il y avait de ces constructions ! Mamamia ! Un Yoda géant, une Poudlard magnifique… En voici quelques preuves !
      
    Quand même pas mal, non ? Après, à un autre stand, j'ai vraiment eu l'impression d'être plongé dans un manga… Souvent, dans les mangas avec des adolescents, des lycéens, surtout, on les voit organiser des festivals avec leur école, ou alors ils vont à celui de leur quartier. Et là, on y retrouve souvent une activité qui consiste à pêcher des poissons… avec des épuisettes en papier ! En effet, l'armature en elle-même est en plastique, mais le “filet” en papier et il fond très vite dans l'eau, ce qui fait qu'il faut être rapide pour attraper ne serait-ce qu'un poisson. 
 
   Après, un autre stand qui m'a fait beaucoup rire aussi était le karaoké où n'importe qui pouvait s'inviter sur scène et chanter. Sauf que… bah c'était rediffusé en direct au Japon ! Alors, très peu pour moi… Par contre, un chanteur professionnel est venu nous faire une démonstration de ses talents en venant chanter l'opening de One Piece. C'était plutôt… intéressant.  

    J'en profite pour faire une transition sur One Piece. A une époque, j'étais fan de ce manga même si j'ai fini par m'en lasser et qu'aujourd'hui, je ne le suis plus du tout. On a vu un nombre fou de personnes cosplayées en Luffy ou en Zoro ! Les histoires de ce pirate déjanté ont vraiment énormément de succès et comme preuve : c'est le seul manga de tout le salon qui avait un stand complet rien que pour lui ! C'était quand même assez impressionnant… Il y avait de superbes figurines des héros du manga là-bas, dont celle à votre gauche qui représente la jolie princesse sirène et Luffy (je ne sais pas si vous le voyez, il est dans le creux de sa main). 


   Ah, je pourrai continuer longtemps comme ça… Je pourrai vous parler de ses militaires qui se baladaient avec des zombies tenus en laisse par des chaînes, de ce Naruto gonflable géant, des multitudes de stands qui vendaient des katanas (des vrais !… seulement pour les majeurs… shit !) ou encore de ce robot “moe” qui dansait, télécommandé par un humain depuis son ordinateur. Mais ça ferait un trèèèès long article et je ne pense pas que beaucoup le liraient… 
   
   Alors je vais conclure avec les achats ! Evidemment, vous ne ne pensiez quand même pas y échapper, non ? Commençons par mon amie qui m'accompagnait… J'ai bien cru que j'allais l'assassiner ! 
   Que je vous explique. Cette fana de mangas s'est procurée deux figurines. La première, ça allait, elle ne pesait pas bien lourde. Mais la seconde… Grrr !
    Les voilà… La première, la petite, c'est Sébastian Michaelis, le majordome démoniaque dans Black Butler. La seconde, Link sur sa célèbre jument, Epona, le héros des jeux The legand of Zelda. Et inutile de vous dire qu'elle était diablement lourde (et chère !!). Et comme mon amie n'arrivait pas à la porter, j'ai dû m'en charger… Alors notre visite du salon s'en est trouvée considérablement raccourcie.
   
   Alors, de mon côté, même j'ai acheté plus de choses, j'ai dépensé beaucoup, beaucoup moins. Il faut dire que mon amie avait placé la barre haute avec sa figurine à 350 euros… Elle est folle…

    Tout d'abord, je me suis achetée un éventail géant dont j'étais tombée sous le charme. Je comptais l'accrocher à un mur, mais ils sont déjà bien occupés… Alors je l'ai posé contre mon bureau (vous avez là un petit aperçu de ma chambre avec l'une de mes deux bibliothèque). Après… des badges ! J'adore ça ! J'en ai eu quatre : un grand d'Okami, et trois petits avec D.gray-man (le crâne), No.6 (les personnages) et Hunger games (l'oiseau).


    Après, j'ai acheté un manga (ben oui, quand même !) qu'on m'avait fortement conseillé et dont je ferai un article plus tard. Il s'agit de Under the umbrella with you de Junko. Pour vous donner rapidement mon impression heu… Je songe à le revendre. Je vous donnerai plus de détails plus tard avec l'article.

  
  Mon dernier achat est un porte clé. Il s'agit du bouclier de notre célèbre Link, le chevalier de ses dames (enfin, plus précisément de Zelda, en fait…). Y'est ti pas beau ? 


    Voilà pour un trèèès rapide aperçu de la Japan Expo. Si je devais donner mon impression, je dirai que j'avais l'impression de débarquer dans un autre monde où le ridicule aurait été raillé de notre vocabulaire. Les gens venaient de tous horizons pour se mêler en une foule colorée et joyeuse. Il y avait une bonne ambiance, l'heure était aux dépenses, aux découvertes et aux rencontres. Saviez-vous, au fait, qu'Antoine Daniel, de What the Cut, était présent ? Ainsi que Mathieu Sommet de Salut les geeks et LinkTheSun du Point Culture, trois youtubeurs (heu, ça s'écrit comme ça ?) absolument géniaux. Par contre, pour aller obtenir une dédicace d'un d'entre eux, bonjour la galère ! C'était juste impossible ! Trop de monde ! Donc, malheureusement, je n'ai pu en voir aucun… Tant pis ! 

   La Japan c'est fini, mais c'était un chouette moment ! Et vous, est-ce que vous y étiez ?



 10/05/13
PROFESSEUR CANDIDE  

   Bien le bonjour, oui, je sais, cela fait longtemps que je n'ai pas mis d'article en ligne. Alors, oui, désolée, toujours pas de nouveau chapitre, je bloque sur l'écriture de la fiction, mais je vais m'y mettre, promis ! Je la finis, et je compte en mettre une nouvelle en route après. Peut-être une fanfiction (une histoire qui emprunte des personnages déjà créés), mais ça risque de ne pas parler à tout le monde, donc on verra… 
   Donc, aujourd'hui, je me suis dis que j'allais vous parler un peu philosophie. Amateurs de Facebook, vous vous reconnaîtrez peut-être dans ces status qui nous enseignent combien votre vie est pourrie, combien le monde est ligué contre vous, combien notre système est corrompu et ô combien vous souffrez. Figurez-vous qu'un chanteur nous en parlé aussi ! Attendez, qu'est-ce qu'il disait déjà… ?

   Ah oui, ça y est… Ah Saez… Alors, je pense que je vais me faire quelques ennemis (dont certains de mes amis) avec la phrase suivante : vous avez déjà songé au suicide ? Si vous avez peur de sauter le pas, écoutez Saez ! Tout ira tout de suite bien mieux ! Non, franchement, il a une vision du monde vachement glauque, ce mec ! Autant mourir tout de suite, non ? 
   Partout, on entend parler de la crise, des conflits. La vie est dure, ok, je crois qu'on est au courant, mais cela fait-il de nous des condamnés à mort ? Pourquoi ne pas y croire, tout simplement ? Je peux vous paraître naïve ou pénible, mais je pense sincèrement qu'il faut demeurer optimiste. Savez-vous ce que nous a enseigné Voltaire ? Il nous faut cultiver notre jardin, une très belle formulation. C'est en travaillant notre passion au cœur du communauté que nous pourrons être heureux. 
  
   De tout temps, l'homme a tenté de trouver une formule du bonheur. Horace, Sénèque, les philosophes des lumières, Epicure, pour ne citer qu'eux. Le bonheur est différent pour chacun. Mais je pense qu'il faut faire preuve d'ambition et aller chercher plus loin. On a tous déjà essuyer de mauvais coups de la fortune. Devons-nous pour autant demeurer stoïque comme un stoïcien ? Je ne pense pas. La vie est un combat où il faut prendre son pied ! Se trouver une passion, sans en être l'esclave, toujours demeurer son propre maître tout en accordant sa confiance aux personnes. Car, si on se fie à Rousseau, on naît tous bons (mais corrompus par la société, ok…hé, hé…).


   Commencez par sourire. Regardez-vous un Kaamelott, riez à vous en exploser les zygomatiques, la bonne humeur est la meilleure des drogues. De toutes manières, partout où vous regardez, il y a toujours plus malheureux que vous.


   Voulez-vous être un héros ? Vous pouvez facilement devenir celui de votre propre vie. Tout comme nos personnages de romans, de comics et de mangas, il suffit d'aller de l'avant. Car nous sommes tous nés avec la force nécessaire pour faire de notre vie le plus beau des rêves. Nous en avons le pouvoir, nous en avons le devoir.   

Alors je vous quitte avec le sourire de notre Typhon humanoïde préféré (alias Vash de Stampede). A la prochaine, j'espère vous revoir très vite ! Et n'oubliez pas, vive l'optimisme !



Marine Lafontaine, alias professeur Candide


19/04/2013
OKAMI 

   Bien le bonjour, chers lecteurs ! Aujourd'hui, un article un peu spécial. En effet, nous ne parlerons pas littérature ici, ni mangas, mais jeux vidéos !
   Alors, oui, je ne m'y connais pas énormément en jeux vidéos si ce n'est avec les Zelda et les Mario. Alors, cette fois-ci, j'ai décidé de vous présenter Okami ! Mesdames et messieurs, en avant ! 

   Parlons tout d'abord de l'histoire. Avant de passer par le scénario du jeu, petit éclairage sur l'origine de la légende, qui en est réellement une. En effet, le personnage principal n'est autre qu'Amateratsu, la déesse japonaise du soleil, née de l'oeil gauche d'Izanagi, le dieu des dieux qui créa la terre pour la peupler avec la sa femme Izanami (ils vont chercher loin dans les noms…). Amateratsu se voit confier la garde du royaume des cieux. Après, sa légende prend deux versions. La première, elle se bat avec son frère qui l'enferme dans une grotte. La deuxième, elle se met en colère et s'enferme elle-même… Ouais, bon… 
   Revenons-en au jeu ! D'abord sorti sur PS2, il a ensuite été adaptée sur Wii. Une suite appelée Okamiden a été créée pour la Nitendo DS… que je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de tester. Non, moi je vais vous parler de la version sur Wii. 
    
    Alors, le scénario. Vous incarnez Amateratsu qui s'est réincarnée dans une statue de loup blanc dédiée à Shiranui. Vous êtes réveillée par Sakuya, déesse de la flore, pour chasser les ténèbres qui se sont abattus sur le monde… Classique, quoi. Malheureusement pour notre déesse, mais heureusement pour nous, cela ne s'arrête pas là. Hé oui, car votre ennemi juré, celui que vous aviez scelllé cent ans auparavant s'apprête à se réveiller et à envahir le monde… Sacré programme en somme ! 
    

   Après donc un bon réveil en sursaut dans un monde en perdition, vous faites la connaissance d'une puce qui répond sous le nom d'Issun, artiste errant. Il va vous accompagner tout au loin de votre quête et draguer toutes les femmes que vous croiserez. Parlons de la quête, d'ailleurs ! Alors, votre but, sauver le monde (what else ?). Pour cela, vous devez récupérer vos pouvoirs issus d'un pinceau. Il existe treize techniques, si mes souvenirs sont bons, disséminées à travers tout le jeu qui vous permettront d'avancer dans l'aventure au fur et à mesure. Chaque technique a un symbole que vous dessinez sur l'écran pour, par exemple, faire souffler le vent ou élever des jeysers. Ce pinceau peut être une arme redoutable, mais vous en possédez bien d'autres que vous récupérez après la victoire sur un boss final, comme l'épée ou le bouclier (vous avez un dessin de tous les types d'armes ci-dessus). Personnellement, j'utilise principalement le rosaire comme arme (l'espèce de collier). Plus de dégâts.
   Mais il existe aussi d'autres méthodes de combat que vous pouvez acquérir dans un dojo, auprès d'un vieux maître en échange de quelques piécettes. Grâce à ça, vous ferez des cacas explosifs (je ne blague pas, cette technique fait des dégâts, en plus !).
 
   Le jeu se déroule de manière progressive et de façon assez proche de Zelda : vous parcourez le Japon de long, en large et en travers faire fleurir des cerisiers, arbres sacrés protecteurs du monde et vous retrouvez également des temples avec son boss final. Vous avez des quêtes annexes qui pourront vous apporter le soutien de certains personnages et des objets qui vous seront indispensables par la suite, comme la recherche des perles errantes.
    Un mot sur le graphisme, maintenant ! Alors, il y a assez de retours négatifs à ce propos, mais, personnellement, j'adhère complètement. Ce jeu est tout de même le seul que vous verrez avec un style emprunté aux estampes japonaises. Je ne vois pas ce que vous avez à lui reprocher, le rendu est super !
   Pour résumer, je trouve franchement qu'Okami est un très bon jeu, ni trop dure, ni trop facile avec un histoire plutôt prenante et des personnages attachants, même cet idiot de Susanoo (celui qui se prend pour un héros… et qui ne l'est pas vraiment). J'espère que j'ai réussi à titiller votre curiosité, je vous conseille vraiment de jouer à Okami. En ce qui concerne la suite, je ne peux pas vous dire, mais j'ai lu des avis plutôt réservés. Après, chacun est juge, c'est à vous de voir !
   Merci d'être toujours aussi nombreux sur le blog, ça fait toujours autant plaisir à voir ! j'espère bien vite recevoir les premières participations pour le concours, n'hésitez pas à me contacter en cas de questions, d'envies de fiches de lecture ou autres ! 



21/01/13
UNE BONNE CHOSE DE FAITE !

   Ce week-end, vous avez été nombreux a être descendus dans les rues pour manifester pour le mariage pour tous. Etant donné que le sujet est d'actualité, je me suis dit que cela valait le coup de faire un petit article là-dessus et d'ainsi asseoir ma position et, en plus, faire de la pub pour l'un de mes nouveaux livres (hé oui, ça en fait des choses !). 
   D'ailleurs, ça me fait penser, j'ai reçu la réponse de Gallimard il y a quelques jours, pour Réflexions d'une marionnette de papier ! J'ai été refusée, bien évidemment (quelle réponse rapide, tout de même !). Je vous mets le mail ici : 

Mademoiselle,

Nous vous remercions vivement de nous avoir confié votre projet, « Réflexions d'une marionnette de papier ».
Nous l’avons étudié avec la plus grande attention. Malheureusement, malgré ses qualités, il ne nous a pas paru convenir à notre ligne éditoriale.
Nous regrettons donc de ne pouvoir en envisager la publication.

En vous remerciant de votre confiance et en vous souhaitant d’aboutir dans votre démarche, nous vous prions de croire, Mademoiselle, à l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

Le comité de lecture.

   La réponse classique en gros. Bon, tant pis, je suis déçue, mais je ferai avec ! Revenons sur le mariage pour tous ! Un petit extrait vidéo, tout d'abord ! 


   Oui, je ne vais pas le cacher, je suis à 100%, même 200% pour ! Je suis trèèèès fière de cette vidéo car je connais les deux filles qui ont été interrogées. Et vous savez le pire ? C'est qu'elles ont parfaitement raison ! Et dire qu'à la manifestations de Paris, des enfants de quatre ans étaient limite grossiers envers les homosexuels. Il faut arrêter un peu le délire ! La devise de la France, c'est bien “Liberté-égalité-fraternité”, non ? Où est la liberté ici ? L'égalité, encore moins et la fraternité, je n'en parle même pas ! Je ne comprends pas que des personnes aient simplement l'idée d'être contre une telle chose. Les homosexuels et les lesbiennes sont des êtres humains, tout comme nous, laissons-les s'aimer en paix, que diable ! 
   Jésus, il avait bien deux papas, non ? Dieu et Joseph ! Et une mère porteuse, en plus ! On interprète la Bible comme on veut depuis des millénaires, alors voilà : la Bible est pour la PMA ! Marie a été la première mère porteuse au monde, vous rendez-vous compte ? Et j'ajouterai également que Dieu a toujours dit d'aimer son prochain ! Alors, les catholiques (pas tous, heureusement), il faudrait songer un peu à arrêter la mascarade, non ?
   L'homosexualité n'est en rien un mal, ce n'est pas un vice ou un péché. Alors, Français, s'il vous plaît, enlever les oeillères qui rendent vos esprits étroits, ouvrez-vous et comprenez que ces personnes ne demandent qu'à s'aimer librement (et non corrompre vos gosses !).   
   Enfin, on pourrait longuement batailler là-dessus. Comme promis, j'en profite, j'en profite ! Comme ce sujet est quelque chose pour lequel j'ai envie de me battre, j'ai commencé à écrire un livre nommé Eros et Thanatos où trois couples vont évoluer. Comme vous vous en doutez, il y aura un couple d'homosexuels, un couple d'hétéros et un couple de lesbiennes ! Je ne sais pas si l'histoire en elle-même est super intéressante (surtout que je n'ai jamais écrit d'histoire d'amour auparavant, alors je galère un peu…), mon véritable but étant surtout de mettre ces trois couples au même niveau (et encore, mes deux hétéros sont des personnages un peu ennuyeux, je préfère largement les autres !). Je vous en parlerai plus largement une prochaine fois et je ferai aussi un article sur un genre de mangas  que je n'ai jamais évoqué auparavant. 
   OUI au mariage pour TOUS !
   Sur ce, à la prochaine !


04/01/12
 LE LOUVRE LENS 

Bien le bonjour ! Aujourd'hui, petit article sur le Louvre Lens, musée qui n'a pas été ouvert il y a si longtemps. J'y ai fait un petit tour en famille et c'était… magique !

Les murs du musée sont presque entièrement en verre, ce qui lui donne vraiment de l'allure. Et tout, entièrement tout, est gratuit pour les moins de 18 ans ! Ça, c'est quand même pas mal. Vous pouvez aussi vous faire faire des cartes valables toute l'année pour avoir des réductions. Il y a un coin pique-nique, un restaurant, une cafet, une bibliothèque… 
La première chose que nous avons visité, c'est la galerie du temps. Les oeuvres sont classées par période et on se balade au milieu d'elles comme sur une vaste frise chronologique. N'hésitez pas à prendre des audio-guide, ils sont géniaux ! 
Voilà un aperçu de la galerie. Elle est vraiment pas mal ! On commence dans le croissant fertile, on remonte en Egypte pour arriver en Grèce, puis on parcourt une foule d'époque pour finalement arriver pendant la révolution française. Un beau tour d'horizon !

 
 Après, il existe encore deux expositions : celle sur le temps (à laquelle, pour tout vous avouer, je n'ai pas compris grand chose) et celle sur la Renaissance où vous trouverez la fameuse Sainte Anne de Vinci ! Bon, nous, on avait trop mal aux pieds donc on n'a pas fait l'exposition, mais le peu que j'en ai vu me donne vraiment envie d'y retourner !

Ce sera tout pour aujourd'hui. L'article était plutôt court, je m'en repens. La prochaine fois, je vous parlerai de mes avancées dans la chasse aux éditeurs. Merci de votre visite et à bientôt !
Pour plus d'amples informations, voici le lien vers le site du Louvre Lens. 

PS : nous avons franchi la barre des 2000 visites sur le blog aujourd'hui ! Bravo et merci à tous ! 




29/11/12
HE OUI, ENCORE çA !


Bonjour, et oui, encore ça ! De quoi je parle ? Mais de ça, voyons ! Hum… Comment vous faire deviner ? Si je vous dis démon à deux chapeaux ? Princesse qui se cache dans notre ombre ? Peuple qui adore le sumo ? Oiseaux trèèès grands ? Héros qu'on appelle souvent par le nom d'une fille ? 

Vous ne voyez toujours pas ? J'ai pourtant déjà fait un article dessus ! Bon, nouvel indice en vidéo (enfin, indice-réponse, dirons-nous…)

Bon, comme les pages ne peuvent pas contenir de vidéos, je vous mets les liens… Le premier que voici !


Au passage, pour les fans, il existe aussi une vidéo faite par le même gars avec Assassin's creed !

Hé oui, the legend of Zelda, encore ! J'ai déniché quelques vidéos (enfin, précisément, j'en ai trouvé une, la mère d'un ami deux et mon petit frère une aussi, c'est un article collectif, dirons-nous !). Alors, pour ce soir, que diriez-vous de visionner ces vidéos et ainsi plonger dans le monde de ce jeu ? Allons-y avec la prochaine ! Ou comment Mac a vaincu Ganondorf…


Elle est belle celle-là, hein ? La prochaine est dans un tout autre style et se déroule en deux parties (je vous mets les deux à la suite). Il s'agit d'un combat sympathique entre Link et… Pour le savoir, il faut regarder la vidéo ! Qui va gagner, les paris sont ouverts !


Hé voilà ! Je crois qu'il y a une suite, mais je n'en suis pas sûr… En tout cas, pour finir, voici une très, très belle prestation musicale que vous apprécierez sûrement autant que moi !


Marine Lafontaine (avec la participation indirecte de Cathie et Romain, merci à eux !)

31/10/2012
HALLOWEEN 

Tim Burton, ce génie…

This is Halloween, this is Halloween ! Mauvais jour, tout le monde ! Qu'il soit riche en crimes et en cris ! Je me devais de faire un article en ce jour sombre pour éclairer nos âmes égarées… Bon, d'accord, j'arrête, j'arrête !
En fait, je n'ai pas vraiment d'idée d'article pour aujourd'hui. Grande fan de Tim Burton que je suis, je pensais vous parler de ces nombreux films géniaux qui ont hanté mon enfance, mais pourquoi parler de ce que tout le monde connaît déjà ?  Alors que dîtes-vous d'une petite leçon d'histoire ? Sur Halloween…

Halloween était au début une fête païenne qui tire ses origines des celtes. Dirigée par les druides et ce pendant une semaine, cette célébration était là pour clore l'année et annoncée celle à venir. Cette période était marquée par la rencontre possible entre les dieux (les Tuatha Dé Danann) et les hommes. Par la suite, les chrétiens se sont appropriés cette fête. 

L’étymologie du mot Halloween appartient strictement à la langue anglaise, sans aucun rapport avec le gaélique ou toute autre langue celtique. Son nom actuel est une altération de All Hallows Eve, qui signifie littéralement « le soir de tous les saints », c'est-à-dire la veille de la fête chrétienne de la Toussaint (hallow est une forme archaïque du mot anglais holy qui signifie : saint, even est une forme usuelle qui a formé evening, le soir). L'orthographe Hallowe’en est encore parfois utilisé au Canada et au Royaume-Uni, « e’en » étant la contraction de even, devenue « een ».

L'une des plus célèbres légendes associées à cette fête reste celle de Jack-O'-Lantern.

Il nous provient d'un vieux conte irlandais. Jack aurait été un avare, un personnage ivrogne, méchant et égocentrique. Un soir, alors qu'il était dans une taverne, le diable lui apparût et lui réclama son âme. Jack demande au diable de lui offrir à boire, un dernier verre avant de partir pour l'enfer. Le diable accepte et se transforme en pièce de six pence. Jack la saisit et la place immédiatement dans sa bourse. Cette dernière ayant une serrure en forme de croix, le diable ne peut s'en échapper. Finalement, Jack accepta de libérer le diable, à condition que ce dernier lui accorde un an de plus à vivre. Douze mois plus tard, Jack fit une autre farce au Diable, le laissant en haut d'un arbre (sur lequel il avait gravé une croix grâce à son couteau) avec la promesse qu'il ne le poursuivrait plus.
Lorsque Jack meurt, l'entrée au paradis lui est refusée, et le diable refuse également de le laisser entrer en enfer. Jack réussit néanmoins à convaincre le diable de lui donner un morceau de charbon ardent afin d'éclairer son chemin dans le noir. Il place le charbon dans un navet creusé en guise de lanterne et est condamné à errer sans but, jusqu'au jour du jugement dernier. Il est alors nommé Jack of the Lantern (Jack à la lanterne, en anglais), ou Jack-o'-lantern. Il réapparaît chaque année, le jour de sa mort, à Halloween.

Bon, l'article d'aujourd'hui a été un peu (beaucoup) écrit en vitesse et j'en suis désolée, mais j'ai des valises à faire ! Je vous promets un super article à mon retour (sur mon nouveau livre, d'ailleurs !). Je vous souhaite une soirée bien effrayante ! Merci d'avoir lu cet article et à bientôt !



29/10/2012
VOUS ÊTES FANTASTIC ! 

Sculptures géantes de tulipes de Yayoi Kusama, esplanade François Mitterand, devenues un symbole lillois


 Bien le bonjour, chers lecteurs ! Nous voici réunis aujourd'hui pour que je puisse vous présenter un évènement dont vous avez déjà eu connaissance, je me doute ! Il s'agit en réalité de Lille 3000. Qu'est-ce que c'est ? Une sorte d'exposition géante qui a lieu à travers tout Lille, se déroulant sur une période de près de trois mois. 

Vous pourrez trouver une multitude d'informations sur ce site
Ou suivre en direct aussi tous les évènements via la page facebook

En bonne blogueuse que je suis (oh la vantarde…), je ne pouvais pas écrire un article sans avoir été moi-même sur les lieux (du crime, ah, ah… qu'est-ce qu'il y avait dans mon jus d'orange, ce matin ?).  Armée d'un pass, ma maman, mon petit frère et moi avons donc vadrouillé à travers quelques expositions que voici : 



La première dont je vais vous parler est celle où il ne faut pas y aller, à moins d'avoir du temps à perdre : la gare St Sauveur. Bon après, tout n'est pas inintéressant, il ne faut pas croire… Mais en grande partie, si. 




La deuxième a lieu à Maison folie de Wazemmes (70 rue des Sarrazins, pour les GPS) qui a été aménagée en une galaxie où se mêlent les animations enfantines, les costumes et les maquettes. Amateurs de Sciences-fictions, c'est par ici, vous ne serez pas déçus ! Par contre, les photos sont interdites car il s'agit de collections privées. Au dernier étage, vous pourrez vous plonger dans l'univers magique des éditions Ankama avec Wakfu et Dofus. 





 Après, il y a la rue Faidherbe, toute illuminée par une voûte de “dentelle stellaire”. Le rendu est à couper le souffle !




La dernière exposition que j'ai visité se passe au Tri postal. Pour tout avouer, je n'ai jamais beaucoup aimé ce lieu, ni les oeuvres qu'on pouvait y trouver. Mais j'ai révisé mon jugement ! La Tri postal vous offre ici un voyage époustouflant en compagnie d'artistes de talent tels que le célèbre Nick Cave (créateur des géants de la parade ou du plumeau rose qui sert de mascotte à l'évènement), de Théo Mercier (le rez-de-chaussée lui est entièrement consacré) ou encore de Folkert De Jong dont le radeau de la méduse vous attend au dernier étage (photo ci-dessus).
Photos autorisées, mais je ne vous en ai mis qu'une pour que vous puissiez pleinement découvrir l'exposition. Un moment magique que vous ne regretterez pas !

Bien sûr, ce ne sont pas les seules attractions que vous pouvez voir ! Il y en a tant d'autres ! Des évènements se créent au fur et à mesure, chaque semaine présente quelque chose de nouveau. Ne manquez pas d'aller faire un petit détour dans ces lieux pour les découvrir ou les re-découvrir !  

Merci d'avoir lu mon article et à bientôt !

Marine Lafontaine



21/09/2012 
STORE WARS

Voici une parodie de la célèbre saga Star Wars. Un message écologique et drôle. Que le pouvoir de la ferme soit avec vous !
En voici le lien : ici


 19/08/2012
MILAN 
 Bonjour, me voilà de retour ! Comme promis, je vous ai réservé un bel article pour cette presque rentrée (je sais, c'est le mot tabou, mais bon, voyons les choses en face). J'aurai pu vous parler des montagnes que j'ai sillonné avec ma famille ou des livres que j'ai dévoré, mais j'ai décidé de faire un article sur une journée en particulier qui m'a marqué. C'était jeudi dernier, et je suis allée à MILAN ! 34°C, un ciel magnifique, une ville superbe, des souvenirs plein la tête, voilà donc Milano, une ville Alpha où se côtoient les vieux bâtiments et les centre commerciaux modernes qui sont aïe ! combien chers… 
En avant pour la visite !


Avec la petite famille, on a débarqué à Milano par la “piazza dei mercanti”, un endroit rempli de banques ! Des banques, partout !  

A votre droite, la mosaïque de la banque Generali, dont vous avez une image juste en dessous.























Nous sommes ensuite allé à la “Piazza del Duomo” qui est LA place par lequel vous devez impérativement passer si vous visitez un jour Milan. Vous verrez alors ceci :





Voici, messieurs dames, le Dôme de Milan, une magnifique cathédrale ! Par contre, prenez garde, si vous voulez la visiter, vous avez intérêt à porter des pantalons et des tee-shirts à manches, malgré la chaleur (nous, on a été refoulé parce qu'on portait des shorts…)








Ci-dessus, quelques détails de la façade.





Quelques achats plus tard, nous avons pu enfin entrer dans le dôme de Milan. Je n'ai pas beaucoup de photos à vous montrer, car l'endroit était très sombre, les clichés ne rendaient donc pas très bien. Pourtant, il y en avait des choses à voir ! Tout était décoré de statues splendides, d'immenses tableaux étaient pendus entre les colonnes elles-même chargées de décorations… Tout était si démesurée que je ne savais pas où poser le regard !






















Voici la crypte avec le tombeau de verre où repose les reliques d'un cardinal (je ne me souviens plus qui)

















Ici le détail de l'une des nombreuses fenêtres en vitrail qui déversent dans le bâtiment une lumière diffuse et colorée.











Après ceci, nous sommes montés… sur le toit ! Inutile de vous dire que la vue était splendide ! Le tout, en images !









 La coupole que vous apercevez à gauche de l'image sur le cliché ci-dessus est celle de la galerie Vitorio Emanuel II dont je vais parler plus tard.

 Un drôle de champignon a poussé en ville… 




Le toit du dôme de Milan !!













La galerie Vitorio Emmanuel II est la plus chère d'Europe. Les restaurants les plus chics côtoient les magasins huppés et monstrueusement chers de vêtements et d'accessoires. La galerie en elle-même est à tomber. En voici quelques photos :








Etonnament, on a trouvé un McDo dans la galerie. Peut-être qu'ils font des hamburgers au caviar…




 Voici trois clichés des peintures que l'on trouve sous la coupole de verre.












































En suivant cette galerie, nous sommes directement tombés sur la place de la Scala ! Pour ceux qui l'ignorent, la scala est un immense théâtre, ou plutôt opéra, considéré comme un bâtiment majeur de la musique classique. Nous n'avons pu voir le théâtre en lui-même, mais nous sommes allés au musée qui se trouvait juste à côté (où les photos étaient malheureusement interdites). Le musée est super, c'est un lieu qui regorge de livres, de tableaux d'acteurs, de bustes de musiciens, de costumes aux couleurs chatoyantes et d'instruments de musiques tous plus étonnants les uns que les autres. Et l'une des particularité de ce musée est que l'une de ses pièces donne directement sur un des balcons de la Scala !


En voici la preuve (oui, nous n'avons pas pu nous en empêcher, il nous fallait une photo de ce lieu inédit !).












Voilà, ce sera tout pour cet article ! Nous avons visité d'autres endroits, mais je vais éviter de vous noyez avec d'autres photos. J'en parlerai peut-être une autre fois. Merci de votre visite et à bientôt !

09/07/2012
LA PETITE ROBE NOIRE 




Bonjour, aujourd'hui un rapide petit article sur une pub que je trouvais absolument géniale : la petite robe noire, le nouveau parfum de Guerlain. La vidéo est franchement superbe sur un vieux jazz un peu rock. La voici ! ICI

J'ai essayé le parfum en magasin, et il n'est pas mal du tout ! Mais bon, ce qui m'a vraiment séduit chez ce parfum, c'est sa pub!
  
06/07/2012
ZELDA 



Bienvenue dans ce merveilleux univers qu'est celui de Zelda ! Ci-dessus, je vous présente le symbole du royaume d'Hyrule, l'endroit où se déroulent les quêtes de notre cher Link. Parce que oui, le héros de the légend of Zelda n'est pas Zelda elle-même, mais Link, le bonhomme qui s'habille en vert ! Zelda, c'est la princesse qui, comme toute bonne princesse, se fait toujours kidnapper.

Les trois triangles que vous voyez sur les deux images forment un symbole à part  entière appelé triforce. Ceux qui en sont marqués sont les élus des Déesses (un élu par déesse si on se réfère à Orcarina of time). Un triangle représente le courage, un autre la force et le dernier la sagesse. Les trois élus sont toujours les mêmes : le héros Link (courage), la princesse Zelda (sagesse) et le méchant Ganondorf (force). Allez savoir pourquoi Ganondorf, l'antagoniste par excellence dans les jeux Zelda, est un élu de la Déesse ! Elle avait peut-être picolé le jour où elle devait choisir son élu...

Il existe énormément de jeux Zelda (cela tourne dans la quinzaine), mais il existe beaucoup d'autres dérivés. De manière générale, l'histoire suit à peu près la même routine : un royaume tranquille puis paf ! un ennemi se pointe et enlève Zelda ! Alors Link part à travers tout le royaume d'Hyrule pour aller la sauver. Il passe par une multitude d'endroits différents et rencontre beaucoup de peuples (les Gorons dans les mines, les Célestiens dans le ciel, les Kokiris dans la forêt de l'arbre Mojo, les Zoras sous l'eau...) Bien sûr, tous n'apparaissent pas dans tous les jeux. 

Il existe, dans tous les jeux, une quête principale : celle de trouver l'épée légendaire pour pouvoir botter les fesses du grand méchant et accessoirement sauver le monde. Ensuite, on a les quêtes annexes qui peuvent nous permettre de gagner des coeurs (pour augmenter notre espérance de vie, ce qui n'est pas de trop parfois!), gagner des rubis (monnaie dans Zelda) ou des insectes ou autres outils fort intéressants comme des flèches ou des bombes, se frotter à des jeux d'adresse (payants... pauvres rubis !) pour améliorer ses armes ou gagner un trésor (de contenu varié) ou faire des échanges.

Personnellement, j'ai joué à deux jeux DS (Phantom hourglass et Spirit tracks), un sur Game Boy advance SP (Link to past) et deux sur Wii (Twilight princess et Skyward sword). Je n'ai été déçue par aucun : tous sont gé-ni-aux ! Midona (située à la gauche du paragraphe) demeure l'un de mes personnages favoris dans toute la série (elle n'apparaît malheureusement qu'une fois dans Twilight princess). 

Que dire d'autres ? Les musiques ! Elles sont tout bonnement magnifiques ! A l'occasion des 25 ans de Zelda, les concepteurs du jeux ont sorti un CD avec des musiques tirées du jeux et l'ont vendu avec Skyward Sword. Je peux vous dire que je l'ai écouté, ce CD ! Et que je continue à le faire !

Pour ceux que ça intéresse, un dessin animé a été tiré des jeux, mais je ne le conseille pas parce que, dans les épisodes, Link n'est qu'un lourdaud qui tente par tous les moyens de se taper Zelda (excusez l'expression, mais c'est la vérité vraie !). Il existe aussi des mangas qui, eux par contre, sont pas mal.

Pour résumer, les jeux Zelda sont vraiment de petits bijoux auquel on doit au moins tous avoir joué une fois. Leur réputation n'est pas volée, ils sont excellents et les graphismes sont vraiment, mais alors vraiment beaux. 

Pour finir en beauté, je vous propose une petite vidéo tirée de la chaîne Joueur du grenier qui vous fera beaucoup rire. Cliquez ICI
 
19/06/2012
JUSTE POUR RIRE  

Voici le lien vers une vidéo qui vous fera beaucoup rire ! ICI
Voici jusqu'où sont capables d'aller les entreprises pour se faire un peu de pub... 


18/06/2012
MINUTE PAPILLON 

Mon frère m'a présenté une chaîne que j'ai adorée et que je voulais vous présenter aujourd'hui : j'ai nommé Minute Papillon. Cette chaîne est aussi appelée la minute du vrai à dire. Si certains épisodes sont vraiment de la rigolade (deux, trois, à voir aussi !), le reste est juste excellent. Celui qui présente ça fait des épisodes qui durent au maximum trois minutes (sauf sur la présidentielle, qui est plus longue). Il parle plein de sujets différents, tous traités avec humour, et le rendu est excellent. Il parle ainsi de la drogue, des cigarettes, des pensées uniques, des questions existentielles, la peine de mort etc. Les arguments que Kriss apporte sur les sujets sont super intéressants. Je recommande vivement à quiconque d'aller voir ses épisodes et d'en parler autour de soi.   


18/06/2012
L'ÉCRITURE, LA LECTURE, MAIS PAS SEULEMENT !



 Vous pouvez cliquer sur les dessins pour les voir en plus grand.
Il est vrai que l'écriture est ma passion et la lecture un formidable loisir plein de voyages et de couleurs. Mais, aujourd'hui, je tenais à vous parler d'un autre loisir qui est également une passion : l'art. Pas les tableaux ou les sculptures, mais mes propres dessins et tableaux. Je ne sais pas vraiment comment exprimer ce qu'on ressent à travers le dessin, mais c'est une bonne manière de se vider la tête, de s'occuper les mains et de s'exprimer à travers autre chose que les mots. J'aime dessiner depuis que je suis toute petite. Par exemple, l'aquarelle ci-contre (le moulin), je l'ai dessiné en primaire, tout comme les deux sortes de branches avec des feuilles (c'est de la craie grasse ce coup-ci). 



   Je n'ai pas beaucoup dessiné au collège, j'étais tellement prise par l'écriture de Soul sea que je ne prenais plus le temps de dessiner. Je n'ai produis que quelques dessins à diverses occasions (en voici quelques uns ci dessous) :

La colombe prise dans les barbelés était un projet d'art plastique d'affiche de propagande contre la guerre. Pour ceux qui ne l'auraient pas reconnu, le forme de l'affiche et bel et bien un obus (OK, il n'est pas très réussi, mais bon...)
Mais cette année, pas mal de choses ont changé : j'avais fini d'écrire le gros de la collection, j'entrai au lycée et j'avais un prof d'art plastique génial. Tout cela m'a encouragé à délaisser quelque peu mon clavier et me remettre au dessin !


A droite, vous avez le drapeau d'Ascal, le personnage principal de Soul sea !

ceci est un tableau que j'ai fait pour un ami de ma maman (j'ai rajouté par la suite une canne à pêche dans les mains de la jeune femme, sauf que j'ai oublié de prendre une photo du tableau entièrement terminé et que maintenant bah... je ne l'ai plus). Donc vous devez imaginer la dame avec une canne à pêche ! 






Ici, on a une reproduction d'une oeuvre du musée Ludwig. Imaginez des immenses plaques d'ardoises sur deux murs complets avec plein de dessins à la craie dessus ! J'ai reproduis au blanco ceux qui m'avaient le plus frappé (je n'ai eu le droit qu'à un essai alors un peu d'indulgence s'il-vous plaît !)









Et voici maintenant une série de portraits d'Allen Walker, le personnage principal de D.gray-man et de Kenshin Himura de Kenshin le Vagabond (pour ceux qui ne les connaissent pas, Kenshin est le garçon avec les cheveux longs et la cicatrice en forme de croix, Allen ben c'est l'autre ^^)





Au dessus, Kenshin, en dessous, Allen !




A l'origine, les petites maisons que vous voyez faisaient partie d'une maquette d'une ville que j'ai démonté, mais dont j'ai gardé les principaux bâtiments. “Chez Alcin” est une taverne, les bulles sont des morceaux de conversations, comme des brèves de comptoirs. Quant aux maisons, elles sont assez spéciales puisqu'elles sont, en quelques sortes, issues de Soul sea puisque chacune d'entre elles portent sur un personnage différent. Sur un des murs, il y est écris la première apparition du personnage dans la collection, sur un autre un évènement important de sa vie (ou sa mort si le personnage meurt dans la collection), sur un autre l'avis d'un ami sur le personnage et sur le dernier, la même chose, mais avec l'avis d'un ennemi. Quant au toit, c'est la biographie du personnage, rédigée à travers un rapport de l'armée. 


Aladin, dans la manga Magi

Edward Elric dans le manga Full metal alchemist (non, mais c'est vrai qu'il ressemble à une fille, une fois les cheveux détachés !)





 Kirua dans le manga HunterXhunter



 Un projet de mobile qui a parfaitement raté (le bois a explosé parce que la vis que j'avais choisi était trop grosse...)


 Mon prénom en japonais


 Le mobile reconverti

 Yamamoto Takeshi dans le manga Reborn

Train Hearnet dans le manga Black Cat









Et voici pour conclure ce petit article ! Je continue de dessiner, j'ai plusieurs projets en cours ! En espérant que je continuerai de m'améliorer !



16/05/2012
UNE JOURNÉE AVEC LUDWIG 
 

Mardi 16 mai 2012, accompagnée d'autres adeptes d'art, nous sommes partis à 6h du matin en direction de l'Allemagne ! Plus précisément à Cologne. Malgré l'heure de retard que nous avons pris à cause des bouchons, notre programme a pu être respecté. Entre autre, nous avons déjeuné en petits groupes d'amis tout en nous baladant dans une rue commerçante de Cologne. Nous avons vu une fontaine avec des noix de coco, une glace géante plantée en haut d'un immeuble, beaucoup de magasins, vraiment beaucoup d'Allemands, des personnes qui jouaient aux statues et la cathédrale de Cologne, magnifique exemple de l'art gothique.

Enfin, aux alentours de 14h30, rassemblement pour entrer dans un des trois musées Ludwig ! Le couple Ludwig est collectionneur d'art, l'un des plus connus au monde et spécialisé dans l'art moderne. Il a trois musées à son nom. Nous avons visité deux d'entre eux. Dans le premier, près de la cathédrale, nous n'avions le droit ni au sac, ni aux photos (même sans flashs !), ni aux bouteilles d'eau (un ami l'a appris à ses dépends). Les photos que je vous montrerai donc sont tirées d'internet contrairement à celles du “forum Ludwig” où j'ai pu moi-même photographier les oeuvres d'art.
Revenons au premier musée. Le sous-sol comportait quelques oeuvres issues du pop art avec des Andy Warhol, un Duane Hanson, un John de Adrea...  Le visage de femme que vous voyez est une sculpture grandeur nature de Duane Hanson : on s'attendait tous à la voir bouger et parler ! A droite, une affiche d'Andy Warhol. La sculpture de John de Andrea comporte son modèle et lui-même. Elle est tout aussi réaliste que celle de Duane Hanson : c'est vraiment troublant.
L'étage était très vaste. On y trouvait de l'Otto Dix, du Picasso, du Dali, de l'Albert Giacometti, du Max Ernst, du Magritte...











En dessous du Andy Warhol : “le nez” de Giacometti
À la suite du nez :  Magritte, “la Vierge marie corrigeant l'enfant Jésus” de Max Ernst
À gauche : “l'amour” de Joan Miro
En dessous du texte : “Dr Koch” d'Otto Dix
















Après une visite trop courte pour être approfondie, nous avons eu le temps d'acheter quelques cartes postales à la boutique du musée avant de filer vers le suivant : le forum Ludwig. Ancienne usine de parapluie, elle est maintenant un vaste musée plutôt original et comporte une exposition permanente dont les oeuvres ont été sélectionnées par les habitants de Aix-la-chapelle et de ses environs. Elle se nomme “It's your choice !” dont voici quelques photos !
















  




42/04/2012
DREAM PICTURES


J'adore collectionner toutes sortes de choses. J'ai commencé par les timbres, puis les flacons de parfum, des pierres aussi ou des coquillages. Je garde d'ailleurs toujours ce que j'ai collecté partout dans ma chambre.
Mais ce n'est que depuis peu que j'ai découvert la collection d'images. J'ai commencé en cherchant des images sur un manga que j'aimais bien et depuis, je n'arrête pas ! En voici quelques exemples, toutes trouvée sur un site (béni soit-il!) dont je vous laisse l'adresse ici.


 J'ai essayé de ne mettre que celles que je préfère, ce fut un choix plutôt ardu, mais je ne tenais pas à vous effrayer avec toute la galerie !


Pour voir toutes les photos en plus grand et les faire défiler, cliquez sur l'une d'elle. 





 J'adore celle-là, elle me fait penser à un passage dans l'un de mes livres. Un pianiste à qui on fait couper les doigts de la main gauche après qu'il ait dit quelque chose qui n'avait pas plu au roi.






 Celle-ci est vraiment superbe ! Les oiseaux qui s'échappent de la cage thoracique de l'enfant, comme si notre corps était une prison, celle de notre esprit, ce qui est en parti vrai, après tout. Les apparences physiques ne sont-elles pas celles sur lesquelles portent notre premier jugement ?












Il fait moche ? Peignons notre propre arc en ciel !


















Celles avec les enfants, le renard, le pingouin et l'ours polaire m'a complètement fait craquer ! Je la trouve vraiment adorable !!


23/04/2012
L'ORIGAMI, LES MILLE GRUES


Avec une amie, nous avons dû faire un exposé  sur l'origami il y a quelques temps. Le problème ? Je n'en avais jamais fait et alors, pour plier une grue, c'était vraiment la galère ! Elle ne ressemblait à rien... Alors je me suis dit que ce serait bien pratique de la voir pliée étape par étape et là... Illumination ! Je suis allée sur Youtube, j'ai tapé “origami grue” et le tour était joué ! J'ai plié deux grues en 10mins et elles étaient plutôt réussies (Je vous mets le lien vers la vidéo qui m'a aidé ici : pliage grue) !



Je rechercherai des photos pour le diapo et je suis tombé sur des boucles d'oreilles en origami avec de la dentelle. Hé ben c'est vachement beau ! Le sautoir aussi est super !


Vous connaissez la légende des mille grues ? On dit que quiconque pliera mille grues connaîtra le bonheur. Une petite fille japonaise en avait entendu parler. Victime des radiations d'Hiroshima, elle a décidé d'accomplir la légende pour guérir. Malheureusement, elle mourut de leucémie après avoir réussi à plier 644 grues. Ses camarades de classe ont plié le reste pour l'enterrer avec la guirlande de mille grues. Depuis, cette légende est très célèbre au Japon et, au-delà de la superstition, plier mille grues lorsqu'un proche est malade est un acte de soutien pour ce dernier. 


22/04/2012
PREMIERS PAS

Bonjour,
Aujourd'hui, je déménage mon blog depuis Skyrock où j'étais depuis deux ans.
J'ai posté mes premiers articles en juillet 2010 et je continue à le faire depuis. J'ai décidé de changer de plateforme parce que Blogger m'offrait plus de possibilités.
Je suis ici pour partager un peu tout et rien à la fois. Pour faire connaître certains livres ou mangas injustement (selon moi) tombés dans l'oubli, pour faire découvrir mes écrits, pour partager avec d'autres mes passions, des choses qui m'ont marquée ou/et des moments.
Parce que le partage est essentiel.
J'ai oublié de me présenter ! Je m'appelle Marine Lafontaine et je suis élève au lycée de Gondecourt. J'ai 16 ans et 21 livres (écrits par mes soins) dans mon placard, ainsi qu'un recueil de nouvelles.
En espérant que vous aimerez mes romans et que vous découvrirez de nouvelles lectures qui vous passionneront.

Marine Lafontaine  

Aucun commentaire: